•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ton monte entre Brian Jean et Jason Kenney au sujet de la fraude électorale

Jason Kenney et Brian Jean.

Jason Kenney a remporté la course à la chefferie avec 61,5 % des voix, alors que Brian Jean a terminé deuxième avec 31 %.

Photo : Radio-Canada / Terry Reith

Radio-Canada

L'ancien chef du parti Wildrose, Brian Jean, demande au chef du Parti conservateur uni (PCU), Jason Kenney, de retirer ses propos au sujet de l'utilisation de réseau privé virtuel (VPN) pendant la course à la direction du parti.

Lundi, Jason Kenney a dit à des journalistes que l’installation d’un VPN pour transformer un ordinateur en bureau de vote n’était « pas nouveau », ajoutant que c’était utile pour tenir un scrutin dans des résidences pour personnes âgées.

Quelques heures plus tard, Brian Jean, qui avait terminé deuxième dans la course à la chefferie du PCU, s’en est pris à M. Kenney sur Twitter en lui demandant de se rétracter.

Je veux dissiper toute confusion, mon équipe n’a jamais triché, ni utilisé de VPN, pendant la course à la chefferie. En fait, nous nous sommes plaints au comité [responsable de la course à la direction] quand nous avons surpris une équipe qui en faisait usage.

Brian Jean, ancien chef du Parti Wildrose

Par texto, Brian Jean a confirmé à CBC qu’il faisait bien référence à l’équipe de campagne de Jason Kenney qui, selon lui, dépassait le nombre autorisé de votes par ordinateur à l’aide de VPN.

Depuis qu’il a renoncé à son poste de député, en février 2018, Brian Jean n’a que rarement commenté la course à la chefferie.

Les allégations de M. Jean rappellent la démarche de l’ancien député conservateur Prab Gill, qui s’est tourné vers la Gendarmerie royale du Canada, ce mois-ci, pour dénoncer une manipulation illicite des votes électroniques lors de la même course à la direction. Radio-Canada n’a pas pu vérifier les allégations du député, qui siège désormais comme indépendant.

Un porte-parole de Jason Kenney explique que le chef « ne connaît évidemment pas tous les détails de l’organisation de la campagne » et que ses commentaires « portaient plus généralement sur l’exercice démocratique et l’importance de faciliter le vote de tous ».

Alberta

Politique provinciale