•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « superinfirmières » peuvent poser des diagnostics dès maintenant

Image d'une infirmière
Les infirmières spécialisées peuvent désormais diagnostiquer certaines maladies. Photo: iStock / FabioBalbi
La Presse canadienne

Le Collège des médecins annonce que les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) peuvent poser des diagnostics dès maintenant, et que sa résolution en ce sens ne s'applique pas qu'aux services de première ligne.

Dans une note transmise à ses membres qui a été rendue publique, le Collège précise que toutes les infirmières praticiennes spécialisées pourront diagnostiquer un problème de santé courant relié à leur spécialité. De plus, elles pourront diagnostiquer les six maladies chroniques suivantes : le diabète, l'hypertension, l'hypercholestérolémie, l'asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique et l'hypothyroïdie.

Le délai de 30 jours, prescrit dans les lignes directrices régissant l'exercice les IPS en première ligne et en santé mentale, pour qu'un patient voie le médecin afin de confirmer le diagnostic est aboli dès maintenant.

Le Collège des médecins précise qu'un projet de règlement sera élaboré conjointement avec l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec au cours des prochaines semaines pour fins d'adoption au prochain conseil d'administration du Collège, le 26 avril prochain. Il sera ensuite transmis à l'Office des professions avant d'être approuvé par le gouvernement du Québec.

Les dirigeants du Collège des médecins se sont opposés à l'élargissement du diagnostic, un acte réservé aux médecins, jusqu'à vendredi dernier, lorsqu'une résolution a été adoptée par le conseil d'administration.

Santé

Politique