•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Abitibi-Ouest se mobilise pour sauver les services en obstétrique

Les photos de profil arborant la mention «Naître à La Sarre, j'y tiens» se multiplient sur Facebook.
Les photos de profil arborant la mention «Naître à La Sarre, j'y tiens» se multiplient sur Facebook. Photo: Facebook
Radio-Canada

Des citoyens desservis par l'hôpital de La Sarre et des travailleurs de la santé se mobilisent pour sauver le centre de natalité.

Plusieurs internautes ont notamment modifié leur photo de profil sur les réseaux sociaux pour que la mention « Naître à La Sarre, j'y tiens » y soit inscrite. Ils veulent ainsi démontrer leur désaccord envers les ruptures de services répétées en obstétrique, ce qui contraint les femmes à devoir accoucher loin de chez elles.

La Dre Catherine Letarte est l'une des meneuses de cette mobilisation. Cette omnipraticienne s'inquiète d'un effritement des services actuellement disponibles en Abitibi-Ouest, ce qui pourrait avoir, selon elle, des conséquences sur le recrutement des professionnels de la santé.

« J'ai l'impression qu'on est vraiment dans une zone grise et que ça pourrait balancer du côté de la rupture définitive, évalue-t-elle. C'est quelque chose que je trouve inconcevable. Mes collègues et amis qui font de l'obstétrique aussi, donc des accouchements, la natalité comme on l'entend sont aussi médecins de famille, ils sont aussi au bureau, au groupe de médecine familiale, suivent des patients de tous âges, il y en a qui font des soins à domicile, [travaillent] à la clinique de chimiothérapie oncologique. Si ces médecins-là, qui sont souvent passionnés par l'obstétrique, qui aiment faire les accouchements, s'il n'y a plus de service de natalité à La Sarre, malheureusement il y a des risques qu'ils quittent la région, l'Abitibi-Ouest. »

J'ai l'impression qu'il faut qu'on se mobilise avant qu'il ne soit trop tard.

Dre Catherine Letarte

Le CISSS-AT rencontrera la population mercredi

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) invite d'ailleurs la population à une rencontre d'information à ce sujet le mercredi 27 février. Lors de cette rencontre, les dirigeants du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue discuteront de la transformation clinique en cours et des actions mises en place pour rétablir les services en obstétrique-natalité.

Le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue n'accorde pas d'entrevue à ce sujet avant la tenue de cette rencontre.

Abitibi–Témiscamingue

Santé