•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maternelle 4 ans : la grogne des CPE persiste

Des femmes lors d'une conférence de presse

Plusieurs intervenantes du milieu des CPE s'opposent au déploiement de la maternelle 4 ans tel que proposé par le gouvernement Legault.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Même si le gouvernement Legault semble bien déterminé à faire adopter son projet de loi sur la maternelle 4 ans pour tous, le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance (CQSEPE) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) se sont arrêtés à Sherbrooke dans le cadre de leur tournée régionale afin de recueillir des signatures contre le déploiement annoncé.

Même si le vent souffle fort, les intervenantes du milieu des CPE gardent le cap. Dans un point de presse au CPE L'Ensoleillé, elles se sont opposées catégoriquement à un déploiement universel de la maternelle 4 ans partout en province.

On ne transporte pas des enfants de 4 ans dans un autobus scolaire, soutient la directrice générale du CQSEPE, Francine Lessard. Dans un CPE, on lui permet d'avoir un environnement conçu pour lui, pensé pour lui.

Québec solidaire a réclamé un moratoire sur le projet de loi, mais la demande a été rejetée par le gouvernement Legault.

[Le déploiement de la maternelle 4 ans], c'est parti très lentement parce qu'en ce moment pas, il n'y a pas d'espace pour les déployer, rappelle la députée solidaire de Sherbrooke, Christine Labrie. On a du temps devant nous pour les faire reculer.

Un enfant lit un livreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tous les enfants québécois pourraient bientôt fréquenter la maternelle dès l'âge de 4 ans.

Photo : Radio-Canada

Des milliers de signatures

Pour arriver à faire reculer le gouvernement, les regroupements qui représentent des CPE misent notamment sur une pétition papier et en ligne. Près de 30 000 personnes l'ont déjà signée.

Je vais la signer parce que je considère que ma fille a tous les services nécessaires pour son bon développement, explique Lysandre LeBel. une mère dont l'enfant fréquente un CPE.

Le personnel du CPE L'Ensoleillé pense que le réseau actuel répond aux besoins des enfants et les prépare à l'école.

On les prépare en faisant des choses pour leur autonomie comme apprendre à attacher leurs souliers, apprendre à aller à la salle de bain, apprendre à faire de la résolution de conflits. C'est important pour le reste de leur vie, énumère l'éducatrice spécialisée Isabelle Prince.

Ce n'est pas nommé nulle part, mais on fait aussi la transition scolaire, ajoute la directrice générale du CPE L'Ensoleillé, Danielle Lavallée. On va remplir un formulaire qui va aider l'enfant quand il ira à l'école s'il a une problématique. Le formulaire sera transmis aux écoles en accompagnant les parents. De cette manière, l’enfant est encadré dès le départ.

Les opposants au projet de loi reprochent surtout au gouvernement de n'avoir jamais été consulté. Ils pourront éventuellement s'exprimer en commission parlementaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Éducation