•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Melchior Mbonimpa, auteur et enseignant à Sudbury

Illustration à partir d'une photo de Melchior Mbonimpa

Melchior Mbonimpa, auteur et enseignant à Sudbury

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Radio-Canada

Melchior Mbonimpa est originaire du Burundi. Docteur en philosophie et en théologie, il a fait ses études dans plusieurs pays, entre autres à Kinshasa, Rome et Montréal.

En 1991, un emploi avec l'ordre religieux des Jésuites l’amène à venir s’installer dans le Nord de l’Ontario. Il y obtient un poste d’enseignant au département de sciences religieuses de l’Université de Sudbury, département qu’il dirige pendant plusieurs années.

En 1999, on l’invite à comparaître comme témoin et expert au Tribunal pénal international pour le Rwanda, à Arusha, en Tanzanie.

En 2000, il participe à une série d’ateliers tenus aux Pays-Bas portant sur la paix au Burundi, pour ensuite être expert-conférencier lors d’un symposium des conférences épiscopales catholiques des pays de l’Afrique des Grands Lacs.

Auteur de plusieurs essais sur la critique de la politique en Afrique, Melchior Mbonimpa s’attaque ensuite à un vieux rêve : écrire de la fiction.

S’ensuivent plusieurs romans, dont Le totem des Baranda (prix Jacqueline-Déry-Mochon), Le dernier roi faiseur de pluie (prix de littérature éclairée du Nord), Les morts ne sont pas morts (prix Christine-Dimitriu-van-Saanen), La terre sans mal (finaliste du Prix Trillium 2009) et La tribu de Sangwa.

Pour souligner le Mois de l’histoire des Noirs, nous avons mis en lumière 25 personnalités noires franco-ontariennes de partout dans la province et dans tous les champs d’expertise. Qu’ils soient en politique, en affaires, artistes, éducateurs ou activistes, voici les influenceurs à connaître.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !