•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Division scolaire franco-manitobaine présente son ébauche de budget 2019-2020

Le conseil d'administration de la Division scolaire franco-manitobaine lors de la présentation de son ébauche de budget.

La Division scolaire franco-manitobaine assure pouvoir financer ses projets pilotes avec ses excédents budgétaires.

Photo : Radio-Canada / Fernand Detillieux

Radio-Canada

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) a présenté lundi soir à Lorette la première ébauche de son budget pour l'année 2019-2020.

Avec un budget de 96,3 millions de dollars, le financement de la DSFM connait une augmentation de 2,3 % de ses recettes par rapport à l’an passé. Néanmoins, le budget présente un déficit d’un peu plus de 550 000 $ imputable aux coûts des projets pilotes que la DSFM doit financer sans l’aide de la province.

Pour l’année à venir, la DSFM maintient ainsi un budget de fonctionnement semblable à celui de l’an passé. Elle assure pouvoir une nouvelle fois gérer son déficit grâce à ses excédents.

Le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, maintient l’importance des cinq projets pilotes de prématernelles et les projets de cours de métiers du secondaire pour les élèves.

Il espère qu’en continuant ces projets, cela permettra à terme de faire entendre raison au gouvernement sur leur intérêt pédagogique et la nécessité de les financer.

Rediriger les fonds

Pour le directeur général, le financement des projets pilotes n’est qu’une affaire d’équilibrage des financements.

« On reçoit de l’argent de la province pour la francisation. Si on l’utilise avec les prématernelles, on en a moins besoin en deuxième année. On reçoit aussi des fonds fédéraux pour tout ce qui est enseignement en milieu minoritaire », précise-t-il.

Il ajoute que certains coûts peuvent aussi être revus à la hausse cette année, notamment pour les prématernelles, afin de suivre l’augmentation des salaires en fonction de l’ancienneté de certains professeurs.

« Il y a une légère augmentation qui est naturelle. Elle n’est pas due au fait que le programme coûte nécessairement plus cher, mais la ressource humaine coûte plus cher », assure-t-il.

Davantage d’élèves

Par ailleurs, la DSFM prévoit l’ajout de 112 nouveaux élèves, soit une augmentation de 2 % qui nécessite deux nouveaux postes d’enseignants titulaires additionnels.

Le budget de la DSFM prévoit un coût par élève d’environ 16 000 $, un budget plus élevé que dans d’autres divisions, mais que le directeur général relativise.

Le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine, Alain Laberge.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine, Alain Laberge, affirme que le budget 2019-2020 doit remplir un objectif d'équité en répondant aux besoins de chaque enfant.

Photo : Radio-Canada

« On a plus de 140 parcours d'autobus à travers la province au complet, donc le parc d'autobus coûte excessivement cher. On a des trajets très longs à couvrir, parce qu'on a moins d'écoles que la majorité des anglophones », précise-t-il.

Ainsi, si 71 % du budget est alloué à la masse salariale, près de 10 % vont au financement des transports scolaires, dont la création de deux nouveaux parcours pour l’année prochaine.

« C’est une particularité de la DSFM, on a une contrainte qu’on s’est donné de ne pas faire des trajets de plus d’une heure. Parfois on va devoir avoir deux circuits avec des autobus qui ne sont pas complètement pleins », précise le vice-président de la DSFM, Jean-Michel Beaudry.

Faire avec l’argent de la province

Le directeur général souligne également une situation particulière de la DSFM en tant que division provinciale, comparativement aux autres divisions scolaires.

« Chaque division scolaire reçoit son budget de la province; et à partir du budget reçu de la province, ils vont aller de l'avant avec une taxe, qui est passée aux contribuables, explique-t-il. Nous, on n'a pas ce pouvoir-là. »

« C'est la province qui va nous fournir [l’argent]. On reçoit un peu d'argent du fédéral aussi, et le retour des taxes des autres divisions scolaires », précise-t-il.

Cette année, la province a augmenté de 2,3 % les octrois faits à la DSFM.

Avec des informations de Camille Gris-Roy et Julien Sahuquillo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation