•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des publicités ciblées pour convaincre sa femme d’avoir plus de sexe

Un gros plan sur les mains d'une personne en train d'utiliser un téléphone cellulaire.

The Spinner prétend pouvoir influencer le subconscient des gens à l'aide de publicités ciblées.

Photo : iStock

Radio-Canada

Vous aimeriez qu'un collègue démissionne? Vous souhaitez que votre femme ait plus de relations sexuelles avec vous? Une entreprise propose de les convaincre en les bombardant de publicités ciblées. Et ses services sont très populaires.

« The Spinner est un service qui vous permet d’influencer inconsciemment une personne spécifique en contrôlant le contenu des sites web qu’il ou elle visite régulièrement, peut-on lire sur le site de l’entreprise. La personne sera exposée à répétition à des centaines de liens placés et déguisés en contenu éditorial. »

Les forfaits de base peuvent servir à convaincre les personnes ciblées de toutes sortes de choses : demander quelqu’un en mariage, arrêter de fumer, devenir végétarien, initier des relations sexuelles et même régler un divorce à l’amiable.

Sur le site, The Spinner précise à qui s’adresse chaque campagne : ses proches, son copain, son mari, sa femme, ses employés. L’un des forfaits, « Achetez un chien à votre enfant! », semble suggérer que l’entreprise accepte les clients mineurs.

Une campagne d’influence peut même être conçue sur mesure pour les clients qui ne trouveraient pas chaussure à leur pied parmi les 11 forfaits de base.

Le fondateur se défend

« Vendre de l’espace médiatique, c’est le modèle d’affaires de tous les réseaux sociaux et de presque tous les journaux, sites d’information et chaînes de télévision », a expliqué Eliott Shefler, le fondateur de l’entreprise, dans une entrevue à The Daily Dot.

« Ils vendent leur espace et leur temps d’antenne à des annonceurs qui l’utilisent en retour pour changer votre comportement et vous influencer à acheter des produits, a-t-il poursuivi. En quoi est-ce différent [de ce que fait The Spinner]? Les marques et les politiciens le font déjà depuis des années. Nous donnons cette capacité au commun des mortels. »

Une attaque par hameçonnage

Pour que The Spinner retrouve la cible de ses clients, ceux-ci doivent effectuer une sorte d’attaque par hameçonnage.

L’entreprise place d’abord quelques lignes de code sur une page web en apparence anodine. Ce code sert à installer un témoin de navigation (cookie) sur le fureteur des personnes qui visitent la page. Le client doit alors demander à sa victime d’aller visiter la page piégée pour que le témoin s’installe et que la campagne commence.

Des publicités présentées à répétition

Pendant 3 mois, la personne ciblée verra alors des publicités contenant des liens vers des articles sur le sujet choisi. L’entreprise dit envoyer à répétition une dizaine d’articles aux titres accrocheurs pendant la campagne. La victime peut voir ces liens jusqu’à 180 fois.

Forbes a rencontré un individu qui a testé les services de The Spinner sur lui-même pour mieux en comprendre les rouages. Rich Leigh, auteur et fondateur d’une firme de relations publiques, dit s’être mis à recevoir des publicités pour un article de Woman’s Day appelant les femmes à initier davantage les relations sexuelles dans leur couple.

Ces publicités peuvent apparaître un peu partout sur le web, mais environ 30 % d’entre elles se retrouveraient dans le fil d’actualités Facebook de la victime.

Environ 146 000 personnes auraient déjà utilisé les services de The Spinner depuis son lancement en avril 2018, dont une majorité aux États-Unis et au Canada, a expliqué Elliot Shefler dans une entrevue à Forbes. Le service n’est pas offert dans l’Union européenne et au Royaume-Uni en raison des lois plus strictes sur la publicité ciblée dans ces juridictions.

The Spinner est basé à Londres, Bangalore et Tel Aviv, selon The Daily Dot. Son site Internet stipule toutefois que tout litige avec l’entreprise sera traité en conformité avec les lois de la ville de St-Pétersbourg, en Russie.

Avec les informations de Forbes, et The Daily Dot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno