•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séminaire des Pères Maristes : tous les accusés auront quitté l’école à la prochaine rentrée

Enseigne du Séminaire des Pères Maristes photographiée en hiver.

Le Séminaire des Pères Maristes, à Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Yannick Bergeron

Les deux derniers élèves du Séminaire des Pères Maristes accusés dans la foulée des échanges de photographies intimes qui fréquentent toujours l'établissement pourront y terminer l'année scolaire. Ils devront toutefois se trouver une autre école par la suite.

Leurs parents l'ont appris dans la salle d'audience lundi matin, au moment où les parties étaient de retour devant la Cour supérieure pour reconduire une ordonnance rendue en août dernier.

Le juge Daniel Dumais avait alors rendu une ordonnance d'une durée de six mois obligeant la réintégration des élèves que le Séminaire voulait expulser.

À la suite d'une entente entre l’école secondaire et les parents, les parties voulaient reconduire les ordonnances jusqu'à la fin de l'année.

« J'ai un peu de misère », a signalé le juge Dumais, qui s’est montré sévère à l'endroit de la direction du Séminaire.

Le juge sceptique

Le magistrat s'est questionné sur les véritables intentions de l'établissement, l'accusant de vouloir se cacher derrière une ordonnance du tribunal.

« Avec toutes les choses qui se sont passées, on va dire qu'on ne peut rien faire parce que le juge a émis une ordonnance », a extrapolé le juge Dumais.

Il a donc invité les avocates à mettre sur papier l'entente qui est intervenue afin qu'il puisse tout simplement l'homologuer.

« Un spectacle »

C'est pendant ces échanges que l'avocate du Séminaire a mentionné que l'entente couvrait le reste de l'année scolaire, mais que le conseil d'administration avait décidé de ne plus accueillir les élèves à compter de l'année prochaine.

« On a toujours l’impression qu'on fait un peu partie d'un spectacle », s'est désolée l'avocate des parents, Me Élie Tremblay.

Les parents et la direction du Séminaire des Pères Maristes doivent maintenant soumettre un projet d'entente au juge pour la suite de l'année scolaire.

Justice et faits divers