•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle tuile à la traverse Matane–Côte-Nord : l'Apollo percute un quai

L'Apollo au débarcadère de Godbout

L'Apollo devra entrer en réparations

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy-Martin

Joane Bérubé
Julie Tremblay

À son arrivée à Godbout, le traversier Apollo a embouti le quai, vers 11 h lundi matin. La coque du navire, qui remplace le F.-A.-Gauthier, a subi d'importants dommages, mais personne n'a été blessé, selon la Société des traversiers du Québec (STQ).

Tous les passagers ont pu quitter le navire sans problème malgré l'accident.

Passager à bord de l’Apollo au moment de l'accident, Cody Morency a fortement ressenti la collision. Ça a fait un choc. Ça a cogné sur les amortisseurs de bateau, quand tu accotes sur le quai et que ça recule, ça a vraiment frappé. Pour qu'on le ressente en haut, pour qu'on se sente déséquilibré, ça a cogné dur, rapporte M. Morency.

Michael Labrie-Bacon, qui était aussi à bord du traversier lors de l'accident, a aussi senti l'impact, mais moins vivement que Codi Morency.

Ç'a fait un peu l'effet comme si on était entré dans de la glace. Ç'a freiné sec, mais ce n'était pas un impact fort.

Michael Labrie-Bacon

Alexandre Boudreault a assisté aux manœuvres d'accostage. Il se demande pourquoi le navire ne s'est pas arrêté plus rapidement. J'étais assis à la proue en face d'un hublot au deuxième pont, dit-il. Vraiment, j'avais tout le spectacle qui était là devant moi. J'évaluais qu'on approchait très rapidement le quai. Ça n'arrêtait pas. Le quai était vraiment devant nous. Aussitôt que la collision a été faite, j'ai vu que c'était plus de peur que de mal.

Le Bureau de la sécurité des transports analyse présentement l'accident pour décider s'il fera enquête.

Nouvelles navettes aériennes

La STQ doit maintenant évaluer si l'Apollo pourra être réparé sur place ou s'il doit être envoyé dans un chantier.

À compter de demain, la STQ offrira une navette aérienne entre les deux rives.

Le CTMA Voyageur sera affrété pour entrer en service dès que les conditions de navigation dans le golfe du Saint-Laurent lui permettront de se rendre à Matane. La STQ prévoit que le navire pourrait entrer en service vers la fin de la semaine.

Une accumulation de problèmes

Cet accident survient alors que l’Apollo n’est en service que depuis une dizaine de jours.

Les problèmes s’accumulent pour la Société des traversiers du Québec et la traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau.

Le navire F.-A.-Gauthier au quai de Matane

Le navire F.A. Gauthier au quai de Matane

Photo : Radio-Canada

Juste avant Noël, le 19 décembre, le F.-A. Gauthier, mis en service il y a à peine trois ans, a dû être immobilisé à quai en raison de problèmes de propulsion.

La STQ avait dû mettre en place un service de navette aérienne et affréter, à partir de la première semaine de janvier, le Vacancier, un des navires de la flotte de la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) des Îles-de-la-Madeleine.

Entre-temps, le F.-A.-Gauthier, construit en Italie pour la somme de 175 millions, a été conduit en cale sèche au chantier maritime Davie pour un diagnostic. Résultat : les réparations seront longues et le navire ne reprendra son service qu’à la fin de l’été.

L’Apollo, qui devait être mis au rancart après des années de bons et loyaux services entre Blanc-Sablon et Sainte-Barbe, à Terre-Neuve-et-Labrador, a donc été acquis par la STQ pour prendre le relais du Vacancier. Le bateau a dû quitter le fleuve, début février, pour retourner assurer le service hivernal entre Cap-aux-Meules et Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Même si la STQ avait promis qu’il n’y aurait pas de rupture de service entre le départ du Vacancier et l’arrivée de l’Apollo, ce ne fut pas le cas, et pendant une dizaine de jours, le Voyageur, un autre navire de la CTMA, a été utilisé pour dépanner. Une nouvelle navette aérienne a été mise en place, puisque le Voyageur ne pouvait pas embarquer plus d’une douzaine de camions.

Tous ces déboires de la STQ à la traverse de Matane–Godbout–Baie-Comeau ont mené au congédiement du président directeur général par intérim, François Bertrand, fin janvier. Le ministre des Transports, François Bonnardel, avait alors reproché à la STQ de ne pas avoir de navire de relève en cas de pépin à l’une ou l’autre des traverses sous sa responsabilité.

La STQ a promis d'acquérir un navire pour les relèves d’ici le printemps. Un bateau a été ciblé et des pourparlers se poursuivent. Ce bateau pourrait remplacer l'Apollo jusqu'au retour du F.-A.-Gauthier.

Bas-Saint-Laurent

Faits divers