•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel au 911 impliquant le chef de la police de Windsor : le maire dévoile une partie du rapport d’enquête

Un homme se tient derrière un podium.

Le maire de Windsor lors d'une conférence de presse le 1er octobre 2018.

Photo : Radio-Canada / Meg Roberts

Radio-Canada

Le maire de Windsor a publié vendredi dernier un extrait du rapport de la Police provinciale de l'Ontario qui passe en revue la gestion de l'appel au 911 lancé du domicile du chef de police par le service de police de Windsor. Les 2 pages du document, qui en contient 14, sont en grande partie caviardées.

Depuis que CBC News a révélé, le 14 février dernier, que des unités de la police de Windsor ont répondu à un appel au 911 provenant de la résidence d’Al Frederick pour un incident familial, Drew Dilkens avait limité ses commentaires dans le dossier. Le maire de Windsor, qui est aussi président de la Commission des services policiers, a toutefois publié une partie des conclusions du rapport (Nouvelle fenêtre) sur ses réseaux sociaux vendredi dernier.

La publication du maire contient peu de nouveaux détails.

Le rapport confirme qu'un appel au 911 a été fait le 12 novembre 2018 à 11 h 18, du domicile du chef de la police de Windsor, Al Frederick. Le document corrobore par ailleurs que le chef de la police adjoint est intervenu dans l’affaire.

La PPO indique dans son rapport que la directive pertinente en cas de conflits d'intérêts ne prévoit pas de cas de figure impliquant le chef de police.

En conséquence, la PPO affirme que le fait d'appeler le chef de police adjoint dans cette situation était la réponse la plus appropriée et la plus sensée.

Vous trouverez ci-joint la conclusion relative à l'examen fourni par la PPO à un appel passé du domicile de @ChiefAFrederick. Le conseil des services de @WindsorPolice soutient le chef et apprécie la diligence de nos agents.

Comme mentionné par Drew Dilkens auparavant, le document confirme aussi que la Commission a demandé à la Police provinciale d’enquêter seulement neuf jours après l’incident.

Malgré la publication de cet extrait, plusieurs éléments entourant l’appel et l’enquête de la PPO demeurent inconnus, notamment ce qui explique le délai de neuf jours avant l’examen de l’enquête et la raison pour laquelle le dossier n’a pas été confié à un service de police extérieur.

CBC News a demandé à la Police provinciale de l'Ontario, au bureau du maire et au service de police de Windsor un exemplaire du rapport, mais on a refusé d'accéder à ces demandes.

Les autres membres de la Commission des services de police de Windsor sont restés muets au sujet de l'enquête.

M. Dilkens précise dans son tweet que la Commission soutient le chef de police.

Avec les informations de CBC News

Windsor

Forces de l'ordre