•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a deux décennies, on s'inquiétait déjà de l'avenir du papillon monarque

    Un papillon monarque est posé sur une fleur d'asclépiade.
    Cet hiver, les papillons monarques ont connu une augmentation de leur population au Mexique de 144%. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Une bonne nouvelle sur le front de la lutte pour la préservation de la biodiversité? L'emblématique papillon monarque, dont on craignait l'extinction ces dernières années, a connu cet hiver une augmentation notable de sa population. Nos journalistes ont suivi les péripéties de ce lépidoptère et de ceux qui veulent en assurer la survie.

    Un Mexicain à la rescousse des papillons monarques

    Il est en quelque sorte la version mexicaine de L’homme qui plantait des arbres. Ici, dans cette forêt coupée à blanc, il met en terre des oyamels, une des variétés de conifères qu’affectionnent les monarques.

    Michel Rochon

    José Luis Alvarez aurait-il pu se substituer au personnage d'Elzéard Bouffier dans l’imaginaire de l’écrivain Jean Giono et de l’illustrateur Frédéric Back s'ils l'avaient connu?

    Découverte, 19 février 2006

    Le journaliste Michel Rochon, dans un reportage diffusé initialement à Découverte le 9 mai 2004, repris le 19 février 2006, et présenté par l’animateur Charles Tisseyre, fait connaître la mission que s’est donnée José Luis Alvarez.

    L'écologiste mexicain reboise l’habitat où se réfugient l'hiver les papillons monarques menacés d’extinction.

    Ce n’est qu’en 1975 qu’on a découvert précisément où les papillons monarques hibernaient au Mexique.

    Chaque automne, ils entreprennent un voyage de 4000 kilomètres à partir du Canada. Ce voyage les amène dans une région montagneuse de l’État mexicain du Michoacán.

    Dans un territoire restreint, protégé par les conifères oyamels, les papillons monarques se regroupent par millions pour affronter la saison froide. Au mois de mars, ces derniers entreprennent un retour au Canada.

    C’est l’une des plus impressionnantes migrations et l'un des plus beaux spectacles du monde des insectes.

    Le reportage du journaliste Michel Rochon met en lumière le déclin rapide des papillons monarques qui survient dans les années avant 2006 et les raisons qui expliquent ce phénomène.

    Le journaliste nous présente Jean Lauriault qui est biologiste au Musée canadien de la nature. Jean Lauriault est passionné par les papillons monarques et se rend dans les montagnes du Michoacán chaque année.

    Il observe à l’époque que le sanctuaire du monarque se rétrécit chaque année de plus en plus. On abat les conifères, ce qui dégrade l’écosystème où les papillons monarques trouvent refuge.

    Un dilemme difficile à résoudre

    Le problème constaté par Jean Lauriault n’est malheureusement pas nouveau. Le régler n’est pas si simple que ça.

    Téléjournal, 22 novembre 1997

    C’est ce qu’on comprend lorsqu’on regarde le reportage de notre correspondant en Amérique latine Jean-Michel Leprince présenté au Téléjournal le 22 novembre 1997.

    Jean-Michel Leprince s’est rendu à l'endroit où se rassemblent les papillons monarques dans les montagnes du Michoacán.

    Il constate que si la loi interdit la coupe d’arbres, celle-ci se pratique de manière illégale. On voit dans le reportage un Mexicain pris en flagrant délit de coupe et qui se fait punir par un garde forestier.

    Mais plus on en apprend sur le contrevenant, plus on peut comprendre ses raisons.

    C’est un paysan très pauvre. Il a huit enfants. La vente du bois est sa seule source de revenus.

    Le reportage illustre parfaitement le conflit qui existe trop souvent entre la pauvreté des populations humaines et l’objectif de protection de la biodiversité.

    C’est un dilemme que semble saisir le gouvernement mexicain, qui tente de trouver des solutions avec la paysannerie locale.

    Sauver le monarque, disent les biologistes, c’est travailler pour sauvegarder tous les papillons en liberté.

    Michel Rochon

    En 2014, le journaliste Michel Rochon s’intéresse de nouveau au papillon monarque.

    Téléjournal Grand Montréal, 18 février 2014

    Il nous présente un reportage sur les efforts de protection effectués par l’Insectarium de Montréal, diffusé au Téléjournal Grand Montréal du 18 février 2014 qu’anime Patrice Roy.

    Michel Rochon se rend à l’Insectarium qui prépare alors son exposition annuelle de « papillons en liberté ». Dans les serres du Jardin botanique de Montréal seront laissés en liberté plus de 20 000 papillons, dont des monarques.

    L'équipe de l'Insectarium met le journaliste à contribution dans la construction de « pouponnières » où naîtront bientôt des monarques.

    Michel Rochon s’entretient aussi avec Sonya Charest, agente de programmes éducatifs de l’Insectarium de Montréal, sur la manière dont les Canadiens peuvent aider à sauver ces insectes.

    C’est assez simple : plantez des asclépiades. Cette plante est la principale source de nourriture du papillon monarque. Elle est en train de disparaître à cause de la culture du maïs notamment.

    Michel Rochon a présenté ce reportage avant un sommet trilatéral dans la ville de Mexico entre les présidents du Mexique et des États-Unis et le premier ministre du Canada.

    Les trois dirigeants ont à la fin de cette rencontre promis de mieux protéger la route migratoire de l’insecte.

    Cet hiver, les responsables mexicains de la conservation ont constaté une augmentation de 144 % des papillons monarques par rapport à l’hiver 2017-2018.

    Ils occupent aussi une superficie deux fois et demie plus grande de forêt que l’année dernière.

    Les spécialistes avertissent que ce rebond ne signifie cependant pas que l’espèce est sauvée.

    La température était idéale cet hiver pour les papillons. L’augmentation de la population n’est pas nécessairement liée aux efforts de conservation.

    Planter des asclépiades est encore une bonne façon de les aider si vous aimez ces petits bijoux volants de la nature.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement