•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Satisfait des négociations avec la Chine, Trump retarde la hausse des droits de douane

Donald Trump est assis derrière son bureau et discute avec le vice-premier ministre chinois et d'autres dignitaires chinois alors qu'ils sont tous encerclés de journalistes.
Donald Trump a rencontré la délégation chinoise dans le bureau ovale à la Maison-Blanche. Photo: Getty Images / Mandel Ngan
Reuters

Le président américain Donald Trump a déclaré dimanche qu'il allait reporter le relèvement, initialement prévu vendredi prochain, des droits de douane sur les produits chinois importés aux États-Unis, en raison des « progrès substantiels » effectués par Washington et Pékin dans leurs négociations commerciales.

Le président américain menaçait de porter de 10 % à 25 % les droits de douane sur quelque 200 milliards de dollars américains de produits chinois importés si aucun accord n'était conclu d'ici au 1er mars entre les États-Unis et la Chine sur plusieurs de ses exigences.

Trump a écrit sur Twitter que des avancées avaient été effectuées sur plusieurs questions sensibles du différend commercial avec Pékin, dont la protection de la propriété intellectuelle, les transferts de technologie forcés, l'agriculture, le secteur des services et les devises.

En conséquence, a-t-il dit, « je vais reporter la hausse des tarifs douaniers actuellement prévue au 1er mars ».

Il a ajouté qu'il prévoyait organiser un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, à condition que les deux camps aient effectué suffisamment de progrès en vue d'un accord commercial.

Une telle rencontre pourrait intervenir en mars, avait dit auparavant le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Donald Trump n'a pas fixé de nouvelle date-butoir pour la conclusion d'un accord avec la Chine.

S'exprimant dans la soirée devant les gouverneurs américains qu'il recevait à la Maison-Blanche, Trump a dit envisager une très grande annonce d'ici une à deux semaines si tout se passait bien dans les pourparlers avec la Chine.

Aucune déclaration n'a été effectuée par la Maison-Blanche sur la date-butoir pour le relèvement des droits de douane ou l'avancée des négociations.

Donald Trump, président des États-Unis

Optimisme

L'agence Chine Nouvelle, citant des membres de la délégation chinoise en visite à Washington, a rapporté que des « progrès substantiels » ont été effectués sur des questions spécifiques lors du dernier cycle de négociations.

La décision de Donald Trump de reporter la hausse des droits de douane est le signe le plus marquant d'une avancée majeure depuis la trêve commerciale de 90 jours dont il a convenu avec Xi Jinping en marge du sommet du G20 début décembre.

Trump, recevant vendredi le négociateur en chef de Pékin, le vice-premier ministre Liu He, avait fait part de son optimisme quant à la conclusion d'un accord entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales et annoncé la prolongation des discussions organisées à Washington.

Le vice-premier ministre chinois Liu He. Le vice-premier ministre chinois Liu He. Photo : Associated Press / Mark Schiefelbein

Négociateurs américains et chinois ont évoqué dimanche un point délicat, a-t-on appris d'une source au fait des discussions : le contrôle de la mise en œuvre des engagements pris par Pékin dans le cadre d'un éventuel accord commercial.

Plusieurs représentants de l'administration américaine ont déclaré par le passé que Washington souhaitait l'instauration d'un mécanisme de contrôle, avec la possibilité de relever les droits de douane en cas d'infractions de Pékin.

Reuters rapportait la semaine dernière que les États-Unis et la Chine ont commencé la rédaction de protocoles d'accord non contraignants (« Memorandum of Understanding » ou MoU) sur plusieurs questions structurelles au cœur des préoccupations de l'administration américaine.

Trump est toutefois défavorable au recours à des MoU. Il souhaite uniquement « un accord à long terme » et se montre ainsi en désaccord avec son secrétaire au Commerce, Robert Lighthizer.

Ce dernier, défendant le caractère contraignant des MoU, a alors concédé qu'il ne parlerait plus désormais que d'« accord commercial ».

Accords commerciaux

International