•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une boule de feu observée dans le ciel des provinces maritimes

Gif du 23 février 2019.

Ce qui semble être un météore aurait été aperçu dans le ciel du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, samedi.

Photo : Jon Pettigrew

Frederic Wolf

Des dizaines de personnes disent avoir aperçu ce qui semblait être un météore, samedi soir, dans plusieurs régions des Maritimes. Selon des témoins, une grosse boule de feu filait d'ouest en est dans le ciel du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse vers 20 h.

Le météore, c'est la traînée de lumière qu'on voit dans le ciel [...] lorsqu'une petite roche, ou un gros caillou, entre dans l'espace et brûle dans l'atmosphère terrestre, explique l’astrophysicien Francis LeBlanc, de l’Université de Moncton.

La météorite est le caillou qui a terminé son voyage vers la Terre et que l'on retrouve au sol.

Des témoignages de Woodstock et Moncton au Nouveau-Brunswick, en passant par Windsor, Halifax et Truro en Nouvelle-Écosse, font état d’une longue traînée lumineuse qui a éclairé le ciel, samedi.

Au Nouveau-Brunswick, Jon Pettigrew affirme avoir filmé le phénomène :

Les gens qui ont observé la boule de feu dans le ciel des Maritimes samedi soir sont chanceux d'avoir pu assister à ce phénomène, même s'il n'est pas rare, explique Francis LeBlanc.

Tous les jours, il y a des tonnes d'objets célestes qui entrent dans l'atmosphère terrestre. La plupart brûlent totalement avant d'atteindre le sol en raison de la friction, dit l’astrophysicien.

Il n'est pas inhabituel, explique le scientifique, que ces phénomènes soient observés sur de grandes distances, comme ce fut le cas samedi soir, lorsque les météores sont d’une bonne grosseur et que certains autres facteurs sont réunis.

Francis LeblancAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Francis Leblanc

Photo : Radio-Canada / André Maillet

Lorsque ça arrive à une heure où il y a beaucoup de gens qui sont sur la route, qui sont dehors, ça peut être observé sur des centaines de kilomètres de distance, mentionne M. LeBlanc. C'est normal qu'il y ait beaucoup de gens qui ont vu le phénomène.

Ça commence à brûler vers 100 kilomètres d'altitude, poursuit-il. Ça va à une très grande vitesse. Ça va à 10, 20, 30 kilomètres par seconde. Donc en quelques secondes, ça a traversé une centaine de kilomètres.

De météore à météorite

Si jamais il s'agit bien d'un météore qui a été observé dans le ciel des Maritimes samedi, on ne sait pas s’il a laissé un météorite quelque part en Nouvelle-Écosse ou au Nouveau-Brunswick.

Si on n'a pas entendu d'impact, il a probablement totalement brûlé dans l'atmosphère, suggère le professeur. Il souligne aussi que les météorites sont difficiles à repérer, car il y a de bonnes chances qu’elles tombent dans l’eau ou dans un secteur peu habité.

Une chose est certaine, il ne faut pas s’inquiéter du phénomène.

Statistiquement, dit Francis LeBlanc, les probabilités de se faire frapper par une météorite sont astronomiquement petites.

Avec des informations de Marie-Hélène Lange

Nouvelle-Écosse

Astronomie