•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'argent pour s'équiper de stations de nettoyage d’embarcations

Plaisancier nettoyant son embarcation

Station mobile de lavage de bateau

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Boualem Hadjouti

Le Programme Accès aux plans d'eau pour la pêche récréative est relancé. Il propose de l'aide financière notamment pour implanter des stations de nettoyage d'embarcations et lutter contre les espèces aquatiques envahissantes.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande aux municipalités et aux communautés et nations autochtones reconnues par l'Assemblée nationale du Québec de soumettre leurs demandes.

On a la chance d'avoir assez peu d'espèces exotiques envahissantes. On est très content de ça, on veut continuer dans le même sens.

Le DG adjoint de l'OBVT Yves Grafteux

Le directeur général par intérim de l'Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT), Yves Grafteaux, est surtout préoccupé par les espèces aquatiques envahissantes à Rouyn-Noranda.

Nous, ce qui nous préoccupe beaucoup, c'est le myriophylle aquatique qui est une plante présente surtout autour de la ville de Rouyn-Noranda, dans 8 ou 9 lacs. On fait le suivi. On sait que ça va se propager tranquillement, mais on espère que ça sera le plus tranquillement possible. Il y a d'autres espèces animales, le cladocère épineux qui est un petit crustacé qui a la fâcheuse manie de s'accrocher au fils de pêche. Ça vient contraindre la qualité de la pêche, dit-il

Un phénomène qui préoccupe aussi le directeur général de l'Organisme de bassin versant Abitibi-Jamési (OBVAJ), Omar Daouda.

Quand elles arrivent dans notre zone, elles colonisent tout l'espace et ça fait disparaitre les espèces indigènes, c'est une perte de biodiversité, ça peut avoir des impacts sur la santé humaine, sur la qualité de la pêche sportive et ça peut générer des impacts économiques liés au tourisme, explique-t-il.

L'aide financière pour une station de nettoyage d'embarcations peut atteindre un maximum de 75 % de la valeur totale du projet, jusqu'à concurrence de 15 000 $ par projet.

Une aide financière pour des projets d'accès aux plans d'eau peut aller jusqu'à 40 % des dépenses admissibles générales, jusqu'à concurrence de 45 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Protection des écosystèmes