•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement en faveur du projet Authier à La Motte

Rassemblement de citoyen

Rassemblement en faveur du projet minier Authier de l'entreprise Sayona Québec à La Motte.

Photo : Gracieuseté, Olivier Lemieux

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Comité citoyen pour le développement durable à La Motte a organisé dimanche matin un rassemblement en faveur du projet minier Authier de Sayona Québec à La Motte. Environ 75 personnes ont pris part à l'événement, selon les organisateurs.

La minière souhaite construire une mine de lithium à ciel ouvert près de l'esker Saint-Mathieu-Berry.

Les membres du comité organisateur affirment qu'ils représentent la majorité silencieuse qui appuie le projet.

Olivier Lemieux rappelle que le projet aura des retombées économiques positives.

C'est sûr qu'il y a les emplois autant pendant la phase de la construction que la phase d'exploitation, dit-il. C'est aussi positif pour les gens localement et pour la municipalité, il va y avoir une bonne entrée de taxe foncière, et ça va amener un « momentum » économique. Il y a des gens qui aimeraient redémarrer un dépanneur, en ayant de l'activité économique reliée à la mine, ça va être positif.

Le projet suscite de l'inquiètude et plusieurs réclament la tenue un examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Olivier Lemieux dit qu'il fait confiance à l'entreprise Sayonna Québec et aux analyses des fonctionnaires du ministère de l'Environnement.

Toutes les études et demandes de permis sont révisées par le ministère de l'Environnement, et aussi le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles. Ce sont ces gens-là qui vont soulever le drapeau rouge s'il y a vraiment des problèmes pour l'environnement, soutient Olivier Lemieux.

Selon lui, la minière a fait ses devoirs, la municipalité a révisé une des études qui a été faite par la minière, a payé une firme externe indépendante pour réviser cette étude-là. Le résultat était que le travail avait été bien fait. L'esker en tant que tel, les hydrogéologues qui ont travaillé sur les études ont démontré que dans cette portion-là de l'esker, il n'y avait pas d'aquifère, donc il n'y avait pas de danger pour l'eau souterraine, donc ça nous a rassurés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !