•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bénévoles, gardiens du Festival du Voyageur

un homme avec un ballon entre deux glissades.
Un bénévole surveille les glissades du Festival du Voyageur. Photo: Radio-Canada / Gavin Boutroy
Radio-Canada

Vous les reconnaissez, cette année, à la ceinture fléchée jaune qu'ils portent autour du cou, ils sont placés près des feux, aux portes, au guichet d'information : ce sont les bénévoles du Festival du Voyageur. Découverte de cette pièce clef de la fête hivernale cinquantenaire.

« Le festival n’existerait pas sans les bénévoles », résume l’une des coordinatrices de bénévoles du festival, Stéphanie Chow. Dans son conteneur transformé en bureau, des personnes qui acceptent cette activité de bénévolat vont et viennent à des intervalles réguliers.

Une femme souriant tenant une radio et un téléphone.Stéphanie Chow dans son bunker de coordinatrice de bénévoles du Festival du Voyageur. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Les bénévoles sont des gens comme Patrick Dubois. Il n’en est qu’à sa deuxième année comme bénévole au Festival du Voyageur, mais c’est déjà l’un des super bénévoles présents tous les jours, et capables d’occuper tous les postes, indique Mme Chow.

Un homme bien habillé pour le froid devant un grosse tente.Patrick Dubois devant la tente secrète réservée « aux bénévoles et aux artistes ». Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Dans son enfance, il venait au festival avec ses parents. Maintenant, le bénévolat est une nouvelle manière de découvrir l’événement et de faire des rencontres.

Les bénévoles du Festival en chiffres :

  • 370 bénévoles en 2019
  • 3 h 30, la durée moyenne d’un quart de bénévolat
  • Environ 8 personnes ont donné de leur temps tous les jours, souvent pour 10 à 12 heures par jour
  • Au-delà de 3000 heures de bénévolat

Mme Chow explique qu’il y a une grande variété de gens parmi les bénévoles : étudiants du secondaire et de l’université, dont certains le font pour des crédits; des nouveaux arrivants, pour qui c’est souvent une manière de commencer à intégrer la communauté; et certaines personnes avec des handicaps physiques et intellectuels qui sont incapables de travailler, pour qui c’est une l’occasion de s’impliquer dans la vie communautaire.

Et finalement, il y a le contingent des anciens. « Les plus anciens bénévoles, ils sont ici chaque jour, et ils [en]savent plus que les employés au sujet du Parc du voyageur », indique Stéphanie Chow.

Beaucoup de bénévoles prennent du temps de vacances pour participer au festival.

Stéphanie Chow, coordinatrice de bénévoles du Festival du Voyageur

Luc Duchesneau participe au Festival du Voyageur en tant que bénévole pour la première fois cette année. Cela fait 7 ans qu’il a déménagé en provenance de Sherbrooke, au Québec. « J’aurai dû m’impliquer la première année que j’ai déménagé à Winnipeg », affirme-t-il.

Ce qu’il aime dans le festival? « Les gens, c'est tellement une bonne ambiance le festival, tout le monde est tellement joyeux », lance M. Duchesneau.

Un homme barbu déguisé en voyageur.Luc Duchesneau Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Tous les bénévoles interrogés par Radio-Canada s’accordent pour dire que gérer le parking est la tâche la plus difficile et ingrate.

Marcel French est l’un des audacieux bénévoles chargés du stationnement. Il est bénévole depuis les sept dernières années. Avant cela, il l’avait aussi été dans les débuts, lors des troisième, quatrième et cinquième années du festival, voilà plus de 40 ans.

« Faut avoir une colonne vertébrale, on discute avec des gens qui veulent rentrer, mais qui ne peuvent pas rentrer. [...] C’est sûr que l’on apprend ce que c’est que se faire injurier, mais on s’y habitue. », lance M. French.

Un homme en veste de sécurité boit un café. Marcel French prend une très brève pause café. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« Pour la première fois l’an dernier j’ai été heurté deux fois dans une soirée. Ce n’est pas très commun, mais lorsque des gens dépensent autant d’argent et sont déterminés à rentrer dans le parc, ils peuvent être prêts à tout », note-t-il.

« C’est ma manière de redonner à la communauté, et lorsqu’un festival est terminé, je peux dire que j’en ai été une petite partie. J’ai encore une montée d’adrénaline deux jours avant le festival chaque année », ajoute le bénévole de longue date.

Un macaron en style rétro.Le macaron remerciant les bénévoles du cinquantième festival du voyageur. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy
Notre dossier sur le Festival du Voyageur 2019

Manitoba

Art de vivre