•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canadien détenu en Égypte : sa famille demande sa libération

Le portrait d'un couple
Yasser Ahmed Albaz et sa femme, Safaa Elashmawy Photo: Photo offerte par la famille
CBC News

La famille d'un Canadien détenu en Égypte demande au gouvernement canadien d'intervenir au plus haut niveau après sa disparition lundi de l'aéroport du Caire.

Yasser Ahmed Albaz est en Égypte pour affaires depuis décembre. Lorsqu'il a tenté de prendre son vol de retour pour se rendre à Oakville, en Ontario, cette semaine, son passeport lui a été confisqué, selon sa famille. Ses proches affirment qu’un agent lui aurait déclaré qu’il était en état d’arrestation et qu’une enquête avait été ouverte à son sujet.

Un ami de M. Albaz affirme avoir reçu un message texte annonçant que les services de sécurité égyptiens l’avaient arrêté. Depuis ce message, M. Albaz n’a donné aucun signe de vie.

Sa sécurité nos préoccupe, a déclaré à CBC News la fille de M. Albaz, Amal. Nous sommes horrifiés.

Mme Albaz affirme que sa disparition a immédiatement été rapportée à Affaires mondiales Canada. Ceux-ci ont déclaré par voie de communiqué être au courant de la disparition d’un citoyen canadien, mais que pour des raisons de protection de la vie privée, aucune autre information ne pourrait être divulguée.

Amal affirme que les agents du gouvernement canadien lui ont dit que le gouvernement égyptien avait d’abord nié détenir M. Albaz avant de se raviser.

Une injustice a été faite à mon père, a-t-elle déclaré. Nous exigeons son retour à la maison immédiatement.

La famille Albaz est originaire d'Égypte et est citoyenne du Canada depuis près de 20 ans. Ils disent se rendre régulièrement en Égypte.

Amal dit que son père ne donne pas dans la politique - il est ingénieur de profession - et elle ne voit aucune raison pour sa détention.

Elle a ajouté qu'elle appréciait les efforts déployés jusqu'à présent par le gouvernement canadien, mais juge qu’il serait temps d’augmenter la pression.

La famille demande à la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, d’intervenir.

Les conditions de sa détention et le respect des lois internationales relatives aux droits humains nous inquiètent vivement, a expliqué Mme Albaz.

Politique internationale

International