•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier Salon des besoins particuliers pour le Témiscouata

Trois dames se tiennent derrière une table au Salon des besoins particuliers.

L'un des kiosques du Salon des besoins particuliers au Témiscouata

Photo : Roxanne Morin

Marie-Christine Rioux

Le premier Salon des besoins particuliers s'est tenu samedi à l'école secondaire de Cabano, dans le Témiscouata. L'événement invitait les parents d'enfants vivant avec des besoins particuliers à se rassembler pour partager leurs expériences et recevoir quelques conseils pour rendre leur quotidien plus facile.

Le Salon était destiné aux parents d'enfants vivant avec différents types de besoins particuliers.

Que ce soit au niveau de l'apprentissage, que ce soit au niveau de la dysphasie, que ce soit au niveau du TDA/H, au niveau des enfants TSA, énumère la présidente d'honneur de l'événement et directrice des services complémentaires et de l'adaptation scolaire à la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, Christiane Séguin.

Selon elle, le Salon représente une rare occasion pour les parents d'enfants à besoins particuliers de se rassembler.

De se sentir moins isolé, de se sentir moins seul. D'être en mesure de voir qu'ils ne sont pas seuls à vivre des situations.

Christiane Séguin, présidente d'honneur du Salon des besoins particuliers au Témiscouata

L'événement présentait deux conférences. La première, offerte par la Fondation Mira, décrivait les services offerts par la Fondation aux enfants avec des besoins particuliers, comme des déficiences visuelles ou motrices ou un trouble du spectre de l'autisme.

Ce qu'on a observé [...] c'est au niveau du stress, de la socialisation, au niveau du sommeil également, il y a de nettes améliorations chez les jeunes qui bénéficient d'un chien, explique la conférencière et psychoéducatrice à la Fondation Mira, Catherine Côté-Simard.

Un chien de la Fondation Mira est couché sur le sol.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'une des deux conférences était offerte par la Fondation Mira.

Photo : Roxanne Morin

La seconde conférence était prononcée par l'auteure, blogueuse, enseignante et mère de famille, Julie Philippon. Elle a avoué souffrir elle-même d'un TDA/H, tout comme ses enfants.

Elle a offert des conseils pour mieux s'organiser malgré ce trouble.

Beaucoup de trucs au sujet de l'organisation du temps parce que ça peut être un grand défi, peut-être même un des plus grands défis pour une famille où il y a beaucoup de personnes qui ont un TDA/H, affirme Mme Philippon.

Elle cite notamment les divers rappels et sonneries qu'elle programme sur son téléphone intelligent, et la planification à l'avance des déplacements.

Des dépliants informatifs sur des cours de yoga pour enfants sont disposés sur une table.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Divers exposants étaient présents.

Photo : Roxanne Morin

La conférencière espère avoir aidé certains participants au Salon grâce à ses astuces.

Je pense qu'ils vont repartir avec de l'espoir. Je l'espère.

Julie Philippon. conférencière

Le Salon réunissait également une vingtaine d'exposants provenant de différents milieux pour informer les parents des différents services et activités offerts à cette clientèle.

L'organisation souhaite que l'événement soit de retour l'an prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Services aux citoyens