•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frederick Silva, l'un des hommes les plus recherchés du pays, fait face à 4 chefs d'accusation

Une auto-patrouille se trouve à côté d'une scène de crime dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.
Voilà plusieurs années que le SPVM cherchait à capturer Frederick Silva. Photo: Radio-Canada / Alain Béland
Radio-Canada

Frederick Silva, l'un des 10 criminels les plus recherchés du Québec, a comparu samedi au palais de justice de Montréal. Il fait face à deux accusations de meurtre, une de tentative de meurtre et une de possession d'arme.

Le Groupe d'intervention tactique du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l'a arrêté vers 1 h, dans la nuit de vendredi à samedi, dans un quartier à proximité du centre-ville de la métropole.

Il était recherché en vertu de trois mandats d'arrestation pancanadiens de la part de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Frederick Silva, 38 ans, a été accusé du meurtre au premier degré de Daniel Armando Somoza-Gildea, en mai 2017, dans une fusillade que Silva aurait déclenchée dans le stationnement du Cabaret Les Amazones, dans Notre-Dame-de-Grâce à Montréal.

Frederick Silva est un homme blanc de 38 ans, qui a les cheveux rasés et porte une  petite barbe et une moustache rousses. Il mesure 1,75 mètre (5 pieds, 9 pouces) et pèse 88 kilogrammes (194 livres). Il a plusieurs tatouages sur le corps.Frederick Silva Photo : SPVM

Il est aussi accusé du meurtre au premier degré d'Alessandro Vinci, propriétaire d'un garage à Laval, en octobre 2018, ainsi que de la tentative de meurtre de Salvatore Scoppa en février 2017, un membre influent de la mafia montréalaise, à la sortie d'un restaurant de Lachenaie. Sa présumée victime avait été atteinte d'au moins deux balles.

La quatrième accusation en est une de possession d'arme à feu.

Frédérick Silva était considéré comme armé et dangereux par le SPVM, qui n'écarte pas l'hypothèse de nouvelles accusations criminelles.

« On regarde toutes les possibilités, a déclaré André Durocher, porte-parole du SPVM. Lorsqu'une personne a des activités de ce genre, il n'est pas impossible qu'il y en ait d'autres. On va fouiller et si on a d'autres choses, évidemment, il y aura d'autres accusations. »

Une nouvelle audience aura lieu le 27 février.

Crimes et délits

Justice et faits divers