•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Funérailles des 7 enfants Barho : une cérémonie sous le signe de la solidarité

Les sept cercueils ont été transportés à l'avant de la salle par des pompiers et sont arrivés dans sept corbillards différents.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Garon

Anaïs Brasier

Près de 2000 personnes ont assisté samedi après-midi aux funérailles des sept enfants de la famille Barho, morts dans un violent incendie en début de semaine. La cérémonie, qui a duré près de deux heures, s'est déroulée sous le signe de l'entraide et de la solidarité entre tous.

Au nom de toute la communauté musulmane, nous vous remercions pour tout votre appui, a dit avec émotion un imam lors de la cérémonie. La vie est courte et temporaire. Nous devons la vivre du mieux que nous pouvons. Il y a trop peu de temps pour la haine.

Ce ne sont pas des funérailles ordinaires. Ce sont les funérailles de sept enfants.

Mot d'ouverture des funérailles
La famille Barho, avec six des sept enfants, lors de son arrivée au Canada.

La famille Barho est arrivée au Canada en septembre 2017.

Photo : Radio-Canada

La tragédie a touché des milliers de Canadiens à travers le pays. Les sept enfants d’une famille de réfugiés syriens, âgés de 4 mois à 14 ans, ont été tués dans un incendie, dans la nuit de lundi à mardi : Ahmad, Rola, Mohammed, Ola, Hala, Rana et Abdullah.

Leur père, Ebraheim Barho, lutte encore pour sa vie après avoir tenté de sauver ses enfants, selon des témoignages de voisins. Leur mère, Kawthar Barho, qui a aussi subi des blessures, a assisté aux funérailles, mais à l'abri des caméras.

Une tragédie qui va au-delà des croyances

Les funérailles ont eu lieu au Centre Cunard. La mosquée Ummah, que fréquentait la famille Barho, a rapidement compris que le drame ne touchait pas seulement la communauté musulmane. Les responsables ont donc décidé d’organiser des funérailles un peu différentes de celles de la tradition musulmane.

Près de 2000 personnes sont déjà présentes, avant le début de la cérémonie.

La salle est déjà comble et des citoyens continuent d'arriver au Centre Cunard pour assister aux funérailles des enfants de la famille Barho.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Garon

Ça nous a tous touchés, toute la communauté canadienne. Donc, vu que ce sont des moments difficiles, on a décidé que mieux vaut se réunir tous ensemble.

Thierno Diallo, responsable de la mosquée Ummah

Des pompiers ont porté les cercueils des enfants. Le chef des pompiers a d'ailleurs rappelé cette semaine que c'est aussi un événement difficile pour les pompiers qui étaient sur la scène de l'incendie. Une trentaine d'entre eux étaient sur place. Ils ont trouvé les sept enfants morts dans la maison, une fois le feu éteint.

Deux pompiers transportent un petit cercueil.

Les pompiers transportent les cercueils des sept enfants de la famille Barho, dont le plus jeune, Abdullah, n'avait que quatre mois.

Photo : Radio-Canada

La cérémonie a commencé par une prière en arabe, après que les pompiers eurent transporté les cercueils individuellement sur la scène.

Je ne peux pas imaginer ce que les parents vivent. Je suis ici pour qu’ils sachent que nous sommes tous là pour les appuyer.

Une Néo-Écossaise présente aux funérailles

Des proches de la famille ont pris la parole. Nous voulons remercier Kawthar et Ebraheim d'avoir partagé leur famille avec nous durant les 16 derniers mois, dit Natalie Horne, membre de la HEART Society, qui a parrainé la famille Barho à son arrivée au Canada. Nos vies se sont enrichies lorsque nous vous avons rencontrés.

Nous les aimions, nous vous aimons. Nous ne pouvons pas remplacer votre famille outre-mer, mais nous sommes heureux que vous nous ayez accueillis au sein de votre famille canadienne.

Natalie Horne, membre de la HEART Society
Les proches au micro, tous en pleurs.

Nathalie Horne, entourée d'autres proches de la famille Barho, lors des funérailles des sept enfants.

Photo : Radio-Canada

Des traditions musulmanes adaptées

La tradition veut que seuls des croyants puissent assister à une telle cérémonie, mais tous étaient les bienvenus samedi après-midi.

Les funérailles musulmanes sont aussi habituellement sobres et courtes, mais samedi, la cérémonie a duré près de deux heures. Les sept petits cercueils étaient installés à l’avant; des imams et des dignitaires ont pris la parole et récité des prières.

Des fleurs et des mots laissés sur une table à l'entrée du Centre Cunard. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des citoyens laissent des fleurs et des mots pour la famille Barho au Centre Cunard, à Halifax, où les funérailles ont lieu samedi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Les règles vestimentaires étaient également plus souples. Les gens pouvaient, par exemple, garder leurs chaussures et les femmes n'étaient pas obligées de porter le voile.

Après les funérailles, les corps des enfants ont été transportés au cimetière musulman de la région d’Halifax où ils ont été enterrés lors d’une cérémonie plus intime.

Incendie

Société