•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival du Voyageur, une scène sans pareille depuis 50 ans

Trois hommes sur scène.

Les Louis Boys en action

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada

Vendredi soir, des figures emblématiques du Festival du Voyageur des cinquante dernières années sont montées sur scène au Centre culturel franco-manitobain. La soirée célébrait 50 ans de musique francophone au Manitoba.

Les Louis Boys ont été les premiers à jouer, et leur musique traditionnelle a provoqué des gigues impromptues à côté des sièges.

Edwin Prince, un membre fondateur des Louis Boys, explique que, pour le groupe, la préservation de la langue était une priorité et que l’identité franco-manitobaine était renforcée par les compositions originales du groupe.

« Louis Riel, c’était la pierre angulaire de tout ça », indique-t-il.

Après Les Louis Boys, Nadia Gaudet est montée sur scène et la foule a chanté des harmonies avec elle.

Six femmes chantent sur scène. 
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première rencontre de Madrigaïa depuis 2007

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Ensuite, le groupe a capella Madrigaïa s’est réuni (à part Annick Brémault, dorénavant installée à Montréal) pour la première fois depuis 2007 à l’occasion de ce concert. Les chanteuses y prenaient visiblement autant de plaisir que la foule.

Récipiendaires de l’Ordre du Capot honorifique

Depuis 1982, le Festival du Voyageur reconnaît des individus qui ont contribué à son épanouissement et à celui de la communauté avec l’Ordre du Capot. Nouveauté cette année, il a été décerné à un organisme, le Conseil jeunesse provincial, et à un couple, René Comeault et Anita Théroux-Comeault.

Un homme et une femme s’embrassent.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

René Comeault et Anita Théroux-Comeault

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Madrigaïa a été suivi par Gerry et Ziz, c'est-à-dire Gérard Jean et Gérald Paquin, « de la royauté FM », comme l’a dit Daniel ROA, le maître de cérémonie. Le duo, qui se produit au festival depuis le commencement, a créé un moment fort lorsque la foule entière s’est mise à chanter Histoire d’antan.

Jeunes comme aînés ont entonné en cœur le fameux refrain : « Quand il y aura plus de soleil, quand les étoiles auront sommeil, quand l'eau de mer voudra voler, moi je ne voudrais plus t'aimer ».

Un homme chantant sur scèneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gérald Paquin

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Daniel ROA a interprété plusieurs chansons, accompagné de divers artistes.

Kelly Bado a, quant à elle, représenté la prochaine génération d’artistes francophones.

Six personnes chantent sur scène.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Folle avoine

Photo : Radio-Canada

Enfin, Folle avoine, le groupe de la famille Campagne, a ému les spectateurs.

Notre dossier sur le Festival du Voyageur 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Fêtes et réceptions