•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival du Voyageur, une scène sans pareille depuis 50 ans

Trois hommes sur scène.

Les Louis Boys en action

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada

Vendredi soir, des figures emblématiques du Festival du Voyageur des cinquante dernières années sont montées sur scène au Centre culturel franco-manitobain. La soirée célébrait 50 ans de musique francophone au Manitoba.

Les Louis Boys ont été les premiers à jouer, et leur musique traditionnelle a provoqué des gigues impromptues à côté des sièges.

Edwin Prince, un membre fondateur des Louis Boys, explique que, pour le groupe, la préservation de la langue était une priorité et que l’identité franco-manitobaine était renforcée par les compositions originales du groupe.

« Louis Riel, c’était la pierre angulaire de tout ça », indique-t-il.

Après Les Louis Boys, Nadia Gaudet est montée sur scène et la foule a chanté des harmonies avec elle.

Six femmes chantent sur scène.

La première rencontre de Madrigaïa depuis 2007

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Ensuite, le groupe a capella Madrigaïa s’est réuni (à part Annick Brémault, dorénavant installée à Montréal) pour la première fois depuis 2007 à l’occasion de ce concert. Les chanteuses y prenaient visiblement autant de plaisir que la foule.

Récipiendaires de l’Ordre du Capot honorifique

Depuis 1982, le Festival du Voyageur reconnaît des individus qui ont contribué à son épanouissement et à celui de la communauté avec l’Ordre du Capot. Nouveauté cette année, il a été décerné à un organisme, le Conseil jeunesse provincial, et à un couple, René Comeault et Anita Théroux-Comeault.

Un homme et une femme s’embrassent.

René Comeault et Anita Théroux-Comeault

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Madrigaïa a été suivi par Gerry et Ziz, c'est-à-dire Gérard Jean et Gérald Paquin, « de la royauté FM », comme l’a dit Daniel ROA, le maître de cérémonie. Le duo, qui se produit au festival depuis le commencement, a créé un moment fort lorsque la foule entière s’est mise à chanter Histoire d’antan.

Jeunes comme aînés ont entonné en cœur le fameux refrain : « Quand il y aura plus de soleil, quand les étoiles auront sommeil, quand l'eau de mer voudra voler, moi je ne voudrais plus t'aimer ».

Un homme chantant sur scène

Gérald Paquin

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Daniel ROA a interprété plusieurs chansons, accompagné de divers artistes.

Kelly Bado a, quant à elle, représenté la prochaine génération d’artistes francophones.

Six personnes chantent sur scène.

Folle avoine

Photo : Radio-Canada

Enfin, Folle avoine, le groupe de la famille Campagne, a ému les spectateurs.

Notre dossier sur le Festival du Voyageur 2019

Manitoba

Fêtes et réceptions