•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jury veut entendre de nouveau le témoignage de Michel Cadotte

Michel Cadotte.
Michel Cadotte, âgé de 57 ans, est accusé du meurtre au deuxième degré de Jocelyne Lizotte, un geste qu'il aurait commis en février 2017. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
La Presse canadienne

Le jury qui délibère dans le procès d'un Montréalais accusé d'avoir mis fin aux jours de sa conjointe malade veut entendre une fois de plus son témoignage.

En fin de journée vendredi, les jurés ont envoyé une enveloppe contenant cette requête à la juge de la Cour supérieure du Québec, Hélène Di Salvo.

Michel Cadotte, âgé de 57 ans, est accusé du meurtre au deuxième degré de Jocelyne Lizotte, un geste qu'il aurait commis en février 2017.

Mme Lizotte, âgée de 60 ans, a été étouffée dans le lit qu'elle occupait dans un Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Montréal, où elle recevait des traitements pour la maladie d'Alzheimer, dont elle était gravement atteinte.

M. Cadotte s'était fait dire en 2016 que son épouse n'était pas admissible à l'aide médicale à mourir, parce qu'elle ne pouvait y consentir et qu'elle n'était pas considérée comme en fin de vie.

Les avocats de l'homme ont plaidé que leur client était atteint de dépression et qu'il n'en pouvait plus de voir sa femme souffrir depuis neuf ans. La Couronne a fait valoir de son côté que M. Cadotte comprenait la portée de ses gestes et qu'il avait l'intention de tuer Mme Lizotte lorsqu'il a mis un oreiller sur son visage.

Les jurés ont deux verdicts possibles devant eux. Ils doivent décider s'il s'agit d'un crime avec une intention, requise pour encourir une condamnation de meurtre au deuxième degré, ou d'un homicide involontaire.

Un jury consciencieux, dit la défense

La requête pour réentendre le témoignage de l'accusé est survenue au deuxième jour des délibérations des jurés. Une journée de délibérations qui a été prolongée d'une heure supplémentaire.

Il a été convenu que les jurés auront accès au témoignage au début de la journée samedi. Pendant le procès, le témoignage de M. Cadotte et le contre-interrogatoire de la Couronne ont duré environ deux jours.

« C'est un jury consciencieux qui veut faire son travail, donc nous avons pleinement confiance en [lui] », a déclaré aux journalistes Elfriede Duclervil, l'avocate de M. Cadotte. Elle était accompagnée de son collègue Nicolas Welt, qui a décrit le témoignage de leur client comme le point central du procès.

« C'est exactement ce qu'on avait demandé et c'est ce qu'ils font », a ajouté Me Duclervil.

Les huit hommes et quatre femmes du jury ont entrepris leurs délibérations mercredi, après avoir entendu les longues instructions de la juge Di Salvo.

Ils demeureront séquestrés jusqu'à ce qu'ils en viennent à un verdict unanime.

Procès et poursuites

Justice et faits divers