•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CKAJ demande des excuses à la mairesse Néron

Bruno Cantin en entrevue devant une affiche de CKAJ.

Le président du conseil d'administration de CKAJ, Bruno Cantin

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Mélyssa Gagnon

Le conseil d'administration de la station de radio jonquiéroise CKAJ est en colère contre la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Les administrateurs ont tenu une assemblée d’urgence, vendredi, dans la foulée de la polémique provoquée par la diffusion des résultats d’un sondage peu favorables à l’administration en place.

CKAJ prétend que Saguenay lui a coupé les vivres parce que la mairesse était insatisfaite des résultats du coup de sonde. Josée Néron a plutôt expliqué que la subvention versée à la petite station était démesurée par rapport à ses cotes d’écoute.

La première magistrate a profité d’une entrevue accordée à Radio-Canada jeudi pour sommer la direction de CKAJ de dévoiler le nom des commanditaires du sondage, selon elle, financé par des parties qui en ont contre son administration.

À l’issue de l’assemblée du C.A., le président, Bruno Cantin, a accusé Josée Néron d’avoir laissé entendre que la station se trouvait dans une situation financière précaire, ce qui n’est pas le cas, selon lui. Il lui demande de s’excuser.

Elle a fait des allégations très graves, mensongères, méprisantes à l’égard de notre C.A. Elle affirme de façon tout à fait gratuite qu’on est presque au bord du gouffre alors que ce n’est pas le cas du tout. Qu’est-ce qu’elle connaît de la situation financière de CKAJ, Mme Néron?, s’interroge Bruno Cantin.

Refus de dévoiler les commanditaires

Par ailleurs, CKAJ refuse de dévoiler les noms des commanditaires qui ont payé pour le sondage réalisé par Segma Recherche.

Bruno Cantin assure que c'est la station qui l’a financé et que quelques partenaires privés ont versé une contribution. Le président croit que la mairesse de Saguenay devrait s'attarder aux résultats du sondage plutôt que de tenter de savoir qui a payé la note.

Ces commanditaires sont principalement des clients de la station et nous ne révélerons pas les noms de ces clients-là. Ce n’est pas par manque de transparence. Ce qui importe, c’est le sondage, martèle Bruno Cantin.

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires municipales