•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La défense accuse un témoin de vouloir faire condamner Dennis Oland

L'avocat Alan Gold.
Alan Gold est l'avocat de Dennis Oland. Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
Radio-Canada

C'est un contre-interrogatoire tendu qu'a vécu vendredi un témoin au 39e jour du procès de Dennis Oland, accusé du meurtre de son père, Richard Oland.

Le soir du meurtre de Richard Oland, le 6 juillet 2011 à Saint-Jean, John Ainsworth travaillait un étage en dessous du bureau de la victime.

Aux enquêteurs de la police de Saint-Jean, M. Ainsworth avait à l’époque dit avoir entendu du bruit provenant du bureau de Richard Oland vers 20 h le soir du crime. Il avait plus tard mentionné à un enquêteur privé engagé par la famille Oland que les bruits étaient survenus entre 19 h 30 et 19 h 45.

Jeudi, au procès de Dennis Oland, John Ainsworth disait qu’il ne se rappelait pas de l’heure à laquelle il avait entendu ces bruits, et se bornait à dire qu’ils étaient survenus entre 18 h et 20 h.

Vendredi, M. Ainsworth a été pressé de questions par l’avocat de Dennis Oland, Alan Gold. Celui-ci a même insinué que le témoin faisait exprès de refuser de dire quoi que ce soit qui pourrait servir à disculper l’accusé.

Comment osez-vous?, s’est insurgé John Ainsworth.

L'importance de l'heure du crime

Le témoin s’est défendu en disant qu’il avait d’abord cru que Richard Oland était mort d’une crise cardiaque. En apprenant qu’il s’agissait d’un homicide, dit-il, il a réfléchi à l’heure qu’il était.

John Ainsworth à l'extérieur.John Ainsworth a témoigné au procès de Dennis Oland. Photo : Radio-Canada / CBC

En y repensant, je réalise que je ne savais pas vraiment, a-t-il dit. Je ne pouvais pas être si précis.

J’ai souffert avec cela depuis huit ans. Vous pensez que ça ne me dérange pas?, a-t-il lancé à l’avocat.

L’heure du crime est un élément d’une extrême importance dans cette affaire. Le collègue de M. Ainsworth, Anthony Shaw, croit avoir entendu du bruit dans le bureau de la victime entre 19 h 30 et 20 h le soir du meurtre. À cette heure, Dennis Oland apparaît sur les images captées par la caméra de surveillance d’un centre commercial.

Dennis Oland le 20 novembre 2018. Dennis Oland. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Les imprécisions de John Ainsworth laissent ouverte la possibilité que les bruits puissent s’être produits alors que Dennis Oland se trouvait toujours dans le bureau de son père. Le fils a quitté les lieux vers 18 h 30.

Le procès de Dennis Oland fait relâche pour 11 jours. La procureure Jill Knee a indiqué vendredi que la Couronne avait terminé de présenter sa preuve.

Ce sera au tour de la défense de présenter son dossier à compter du 5 mars.

Richard Oland, a été trouvé sans vie le matin du 7 juillet 2011 dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean.

L'homme d'affaires de 69 ans, ancien dirigeant de la brasserie Moosehead, avait été battu à mort.

Son fils, Dennis Oland, a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013.

Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016, et un nouveau procès a été ordonné.

Avec les informations de Bobbi-Jean MacKinnon, CBC

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Homicide