•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gazoduq amorce ses consultations publiques dans la région

Une responsable de GNL Québec parle devant un groupe en utilisant des affiches et un écran.
Gazoduq amorce des consultations publiques au sujet de son projet d'implantation d'une conduite de gaz naturel. Photo: Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières
Radio-Canada

Les consultations publiques sur le projet Gazoduq ont commencé vendredi à Saguenay. Des séances d'information auront lieu samedi à l'hôtel Le Montagnais de Chicoutimi, dimanche au Château Roberval et lundi à l'Hôtel Universel d'Alma.

Les citoyens peuvent donc en apprendre davantage sur le projet de conduite de gaz naturel de 750 km qui aboutirait à La Baie, poser des questions et soumettre leurs commentaires.

Vendredi après-midi, des enjeux de sécurité ont retenu l’attention au Montagnais. Des opposants au projet et des citoyens qui habitent près du corridor proposé par la compagnie s’inquiètent des risques. Le gazoduc transporterait du gaz naturel du nord de l'Ontario jusqu’à Saguenay. Il faut aussi préciser que le seul client de Gazoduq est GNL Québec avec son projet d'usine de gaz liquéfié, Énergie Saguenay.

Le président de la compagnie, Louis Bergeron, assure que des mécanismes seraient mis en branle pour détecter des fuites de gaz et que les valves seraient fermées immédiatement en cas d'incident.

Les représentants de Gazoduq affirment que le gaz naturel est peu dommageable en cas de déversement puisqu’il ne se mélange pas avec l’eau et s’évapore avec l’air. La compagnie indique que si le projet va de l’avant, des patrouilles terrestres et aériennes veilleraient au grain le long du tracé. En cas de rupture, des équipes locales entreraient en scène et travailleraient aux côtés de celles de l’entreprise.

Il faut travailler avec les premiers répondants et ça, on est très en amont dans le projet. Lorsqu’on aura un tracé, on va continuer à travailler avec les premiers répondants localisés le long de ce tracé et développer avec eux un plan de mesures d’urgence

Louis Bergeron, président de Gazoduq
Une carte qui présente un large corridor où pourrait passer un gazoduc de 750 kilomètres de longueur.Le tracé final n'est pas encore déterminé dans ce corridor de 750 kilomètres de long par 60 kilomètres de largeur. Photo : Radio-Canada

Les élus et les journalistes ont eu droit à une présentation privée vendredi avec le président de la compagnie. Cependant, Louis Bergeron n'était pas présent pour les consultations avec le public.

Avec ces consultations, Gazoduq espère obtenir « un tracé de moindre impact » d'ici cet été. La compagnie a pour objectif d'amorcer la construction de son gazoduc en 2021. Les travaux dureraient environ deux ans et demi.

D'après les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires