•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'école Marguerite-De Lajemmerais ouvre ses portes aux garçons

École secondaire Marguerite-De Lajemmerais
L'établissement scolaire pour filles Marguerite-De Lajemmerais accueillera des garçons en septembre 2019. Photo: Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau
Radio-Canada

Une petite révolution s'opère à l'école secondaire Marguerite-De Lajemmerais. La dernière école pour filles de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) accueillera des garçons dès septembre 2019.

Un texte de Marie-Josée Paquette-Comeau

La CSDM perd ainsi sa dernière école non mixte sur son territoire. Une décision qui a été votée mercredi soir lors du conseil des commissaires.

Le déclin des inscriptions depuis une dizaine d’années a fait passer le nombre d’élèves de 1200 à 667, ce qui compromettait l’éventail d’options pédagogiques.

La directrice de l'école secondaire Marguerite-De Lajemmerais, Nadine LeducLa directrice de l'école secondaire Marguerite-De Lajemmerais, Nadine Leduc Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

On se devait de faire des choix au niveau des options qu'on offre aux élèves, au niveau des possibilités d'aménagement d'horaire pour garder nos élèves.

Nadine Leduc, directrice de l’école secondaire Marguerite-De Lajemmerais

Au même moment, les écoles secondaires Édouard-Montpetit et Louis-Riel, à proximité, seront bientôt saturées. Dans un contexte d'augmentation de la clientèle, la pression devenait de plus en plus forte sur l'établissement pour qu’elle change de statut.

On attend pour les secteurs de Rosemont et de Mercier beaucoup de nouveaux enfants dans les cinq prochaines années. Ça devenait un enjeu important.

Catherine Harel bourdon, présidente de la CSDM

Douce transition

Le processus de changement de statut pour accueillir les garçons est entamé depuis au moins deux ans, selon la directrice de l’école. D’ailleurs, des classes d’accueil mixtes pour la francisation ont été introduites en octobre 2018. C'était une manière de préparer l'école à sa transformation, d'après Nadine Leduc.

Ce n’est pas 500 ou 200 garçons qui vont arriver pour la rentrée prochaine, ça va aller graduellement.

Nadine Leduc, directrice de l’école secondaire Marguerite-De Lajemmerais

80 % des élèves favorables

Des sondages envoyés aux parents et aux élèves par la CSDM ont confirmé ce que les autorités croyaient. La séparation des élèves selon leur sexe n'était plus une exigence demandée par les familles pour s’inscrire au secondaire. D’ailleurs, pour la majorité des étudiantes, ce changement semblait aller de soi.

Ça été une belle expérience d'être juste des filles, mais là, avec l'arrivée des garçons, ça va être encore une autre belle expérience.

Alycia-Rose Minier, élève de troisième secondaire

Minime différence

Roch Chouinard, professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, explique que le déclin des écoles non mixtes est explicable par des raisons économiques, par un changement de culture éducationnelle, mais également par les études qui démontrent que les effets de la non-mixité sur le rendement scolaire sont minimes.

Si je me base sur la littérature disponible, la mixité ou la non-mixité, c'est pas un enjeu si important que ça.

Roch Chouinard, professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal

Sur l’île de Montréal, La Fédération des établissements d’enseignement privés confirme qu’il existe cinq écoles réservées aux jeunes filles parmi ses membres.

Grand Montréal

Éducation