•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une skieuse franco-ontarienne de Thunder Bay vise un podium aux Jeux du Canada

Une skieuse sur une montagne.
Pénélope Robinson a effectué ses derniers entraînements la semaine dernière, quelques jours avant son départ pour l'Alberta. Photo: Radio-Canada / Miguel Lachance
Miguel Lachance

Pénélope Robinson, membre de l'équipe de ski Thunder Bay Franco Alpine (TBFAST), portera cette semaine les couleurs de l'Ontario aux Jeux du Canada à Red Deer et elle a de grandes aspirations.

Jeudi, lors d’un de ses derniers entraînements avant son départ pour l'Alberta, Pénélope, surnommée Penny, a déclaré qu’elle espère terminer parmi les 10 meilleures au classement, mais croit être en mesure de monter sur le podium.

À quelques jours des compétitions, l'athlète de 15 ans a avoué être nerveuse, mais ajoute que le stress devrait disparaître une fois qu’elle sera sur la piste.

Je dois me concentrer sur ma vitesse et ma ligne de descente.

Pénélope Robinson, skieuse

Elle prendra part aux épreuves de Super-G, du slalom géant, du slalom et du ski cross.

Ses épreuves préférées sont le slalom et le slalom géant. Je peux plus facilement m’entraîner de façon répétée pour ces épreuves, explique-t-elle.

Une skieuse en train de freiner au bas d'une pente de slalom.Penelope s’entraîne normalement les mercredis et jeudis, de même que la plupart des fins de semaines. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Elle s’est d’ailleurs qualifiée pour les Jeux du Canada grâce à ses performances dans ces deux disciplines au début de février, lors des U16 Mid-Winter Series.

Elle sera la seule représentante du Nord de l’Ontario en ski alpin à Red Deer.

Notre dossier sur les Jeux du canada 2019 à Red Deer en Alberta

Une histoire de famille

Le ski et les compétitions occupent toute la famille, alors que les parents de Pénélope Robinson et leurs trois autres enfants sont aussi d’avides adeptes de ce sport de glisse.

Ses parents sont d’ailleurs les entraîneurs du TBFAST, un club bilingue.

Penny a porté des skis pour la première fois à l’âge de trois ans et a aussitôt eu la piqûre.

En plus de skier de trois à quatre fois par semaine au mont Baldy, tout juste au nord de Thunder Bay, la jeune athlète se rend régulièrement aux États-Unis, notamment au Minnesota et en Oregon, pour s’entraîner.

Pénélope admet en riant que ses enseignants, à l’école secondaire catholique de La Vérendrye, n’aiment pas trop lorsqu’elle s’absente, même si selon elle les voyages ne nuisent pas à ses études.

Une skieuse et son entraîneuse au bas d'une piste de ski. Penelope en compagnie de sa mère Geneviève Fortin-Robinson, qui a participé aux Jeux olympiques de Lillehammer en 1994. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Geneviève Fortin-Robinson et son conjoint Doug se sont mis au ski alpin et sont devenus entraîneurs lorsqu’ils se sont installés à Thunder Bay, la ville d’origine de ce dernier.

Auparavant, ils pratiquaient plutôt le ski acrobatique, plus précisément la discipline des bosses.

Les deux ont d’ailleurs fait partie d’Équipe Canada et Mme Fortin-Robinson a participé aux Jeux olympiques de Lillehammer en 1994.

Elle s’est rendu compte la fin de semaine dernière qu’il s’était déjà écoulé 25 ans depuis son aventure olympique.

J’étais dans l’ombre de Jean-Luc Brassard, raconte-t-elle avec modestie.

Sa fille Penelope, de son côté, porte plutôt son attention vers la prochaine édition des Jeux d’hiver, en 2022 à Pékin, en étant consciente du travail immense qui l’attend pour atteindre cet objectif.

Thunder Bay, une pépinière de jeunes skieurs

Geneviève Fortin-Robinson croit que Thunder Bay tire son épingle du jeu en matière de ski, même si le nombre de stations a diminué dans les dernières années.

Ce n’est pas dans toutes les villes ontariennes que tu peux partir du travail en bottes de ski.

Geneviève Fortin-Robinson, Entraîneuse au Thunder Bay Franco Alpine Ski Team

Ce n’est pas pour rien qu’on a déjà surnommé Thunder Bay "Ski Town", raconte Mme Fortin-Robinson. Il y a déjà eu cinq montagnes de ski, maintenant seulement deux.

Thunder Bay est plutôt une ville de hockey maintenant, affirme-t-elle.

Des skieurs sur un tapis roulant permettant de monter une pente.Des membres du club TBFAST monte la pente du mont Baldy, dans la municipalité de Shuniah, au nord de Thunder Bay Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Elle explique qu’il y a tout de même plusieurs jeunes athlètes prometteurs au sein du TBFAST et des deux autres clubs de skis locaux, malgré des ressources limitées.

C’est vraiment [l’appui de] toute une communauté qui permet de développer des athlètes performants.

Geneviève Fortin-Robinson, Entraîneuse au Thunder Bay Franco Alpine Ski Team

L’entraîneuse cite en exemple la grande sœur de Pénélope, Sophie-Anne, qui est selon elle parmi les meilleures au pays en slalom et slalom géant.

Elle mentionne aussi Aaron Puskas, du Norwesters Alpine Club, qui est membre de l’équipe ontarienne masculine depuis juin 2018.

Ski alpin

Sports