•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six mois après la tornade, les conséquences se font encore sentir à Saint-Julien

Six mois après la tornade, les conséquences se font encore sentir à Saint-Julien
Radio-Canada

Le 29 août dernier, une tornade de force 2 a fait des ravages dans la petite communauté de Saint-Julien dans Chaudière-Appalaches. Six mois plus tard, un acériculteur du coin tente tant bien que mal de remettre son entreprise sur pied.

Avant le 29 août 2018, l'érablière de Yanick Croteau comptait tout près de 8500 érables. La tornade de force 2 qui a traversé la municipalité a ravagé 90 acres sur sa terre.

Aujourd’hui, il me reste à peu près 2500 érables, tout le reste est rasé.

Yanick Croteau, acériculteur.

L'opération nettoyage a aussi duré des mois. On a fait venir une bûcheuse pour tout enlever ça, a expliqué Yanick Croteau. Ça équivaut à 60 transports de vannes de bois à peu près et ce n’est pas fini, il va en avoir ce printemps aussi.

Yanick Croteau, acériculteur de Saint-Julien Yanick Croteau, acériculteur de Saint-Julien Photo : Radio-Canada

La production de sirop d'érable sera faible cette année. L'acériculteur appréhende des pertes de revenu de 80 000 $ pour la prochaine récolte seulement.

On perd la moitié des revenus à peu près à cause de ça […] Les érables qui restent sont tous éparpillés, ça mêle toutes les cartes cette année, a révélé Yanick Croteau.

Lui aussi touché par la tornade, l’inspecteur en voirie Éric Faucher a eu un automne bien occupé. [On a] enlevé les arbres des chemins, c’était ça le plus gros du travail.

La tornade a touché la municipalité au grand complet. Elle est passée d’un bord à l’autre. Il y a eu 25 terres de citoyens touchées.

Éric Faucher, inspecteur en voirie à Saint-Julien

L’aide tarde à venir

Yanick Croteau espère être dédommagé par le ministère de la Sécurité publique, mais il attend toujours que sa demande de réclamation soit traitée. Ça va probablement aller jusqu’à cet été comme c’est là. Il n’y a pas eu d’aide du tout encore, a-t-il ajouté.

L’acériculteur a d’ailleurs rencontré la députée de Lotbinière-Frontenac, la caquiste Isabelle Lecours, en décembre dernier. Le dossier suit son cours au ministère de la Sécurité publique, a-t-elle annoncé. Présentement, ils sont en train de regarder pour voir si c'est admissible.

Dans le cas d'un sinistre touchant une érablière, le ministère peut rembourser les équipements endommagés et le temps ou la machinerie nécessaire afin de dégager le matériel en question.

Pour Yanick Croteau, c'est loin de couvrir la valeur des arbres matures qui lui assuraient un revenu annuel.

Je ne pense pas refaire des entailles où la tornade est passée. Ça prend 25-30 ans et il n'y a pas des érables partout. Je ne penserais pas que cela revienne comme c’était, a-t-il confié.

L'acériculteur espère plutôt acquérir une nouvelle terre. En attendant, il garde le moral et conserve sa passion pour son entreprise.

J'ai bonne espérance que notre nouvelle érablière va marcher, espère-t-il.

Estrie

Conditions météorologiques