•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boissons énergisantes : un cœur mécanique à 27 ans

À cause d'une insuffisance cardiaque due à sa consommation de boissons énergisantes, Jasmine Gitego doit maintenant vivre avec le soutien d'un cœur mécanique.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

La consommation excessive de boissons énergisantes peut s'avérer particulièrement dangereuse pour la santé. Jasmine Gitego, qui a frôlé la mort, l'a appris à ses dépens.

Un texte de Érik Chouinard, journaliste-stagiaire

Depuis le mois de mai, la femme de 27 ans vit maintenant avec le soutien d’un cœur mécanique. En avril, juste avant son hospitalisation, elle pouvait consommer jusqu’à un litre de boissons énergisantes par jour.

« Quand j'avais soif et que je ne voulais pas quelque chose de chaud, je prenais une boisson énergisante. Quand j’avais faim et que je ne voulais pas prendre trop de temps, je prenais une boisson énergisante », se rappelle Jasmine Gitego.

Jasmine Gitego parle de sa consommation abusive de boissons énergisantes

Pour maximiser son temps, elle avait toujours une canette avec elle. Elle ne calculait même plus le nombre de boissons énergisantes qu’elle consommait.

Cette habitude a fortement endommagé son cœur. En avril, particulièrement épuisée, elle n'arrivait plus à se déplacer et avait une toux persistante.

« En rentrant à l'hôpital, ils m’ont dit que mon coeur était rendu de 8 % à 10 % de ses fonctions », relate la jeune femme.

Mario Sénéchal assit dans une salle de consultation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cardiologue Mario Sénéchal affirme voir de plus en plus de cas de troubles cardiaques chez les jeunes.

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

Insuffisance cardiaque

Seul, son coeur ne suffisait plus pour la maintenir en vie. Elle allait bientôt devoir compter sur un coeur mécanique pour l'assister en pompant le sang d’une cavité du cœur à l’autre.

« Jasmine Gitego a présenté un épisode d’insuffisance cardiaque terminale, si on ne lui avait pas implanté de coeur mécanique, elle en serait décédée », affirme le docteur Mario Sénéchal, le cardiologue de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) qui l’a traitée.

Le cardiologue jette le blâme sur les boissons énergisantes. « Il y a une relation de cause à effet qui est bel et bien présente et qui explique la dégradation cardiaque de Mme Gitego », confirme-t-il.

Le cas de la jeune femme n’est pas tout à fait rare. Selon le Dr Sénéchal, il y aurait eu 20 000 hospitalisations en 2016 reliées aux boissons énergisantes aux États-Unis seulement.

Mario Sénéchal écoute le coeur de Jasmine Gitego.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'insuffisance cardiaque de Jasmine Gitego a fait en sorte que du liquide s'est accumulé dans ses poumon, provoquant la toux.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Surdose de caféine

À partir de 2012, Jasmine Gitego se gardait très occupée. Entre le travail et sa vie personnelle, elle se sentait submergée.

J’avais tellement de choses à gérer que je ne prenais plus le temps de m’arrêter pour manger ou pour me faire un sandwich.

Jasmine Gitego

Sa consommation pouvait équivaloir à plusieurs centaines de milligrammes de caféine par jour.

« Les dosages donnés sur l’emballage sont minimaux, il y en a probablement davantage », ajoute le médecin. La caféine contenue dans le guarana n’est habituellement pas comptabilisée.

Santé Canada recommande de ne pas dépasser 400 mg de caféine par jour, avertissant aussi que les femmes en âge de procréer seraient plus vulnérables aux effets de la substance.

Selon ce qu’explique le cardiologue, la caféine augmente la pression artérielle et, à plus haute dose, elle peut mener à des dommages au niveau de la circulation sanguine et du muscle du coeur.

Grand choc

Avec un coeur mécanique, Jasmine Gitego a été contrainte à transformer sa vie.

Celle qui avait sa propre entreprise d’extension capillaire a dû complètement arrêter de travailler et même retourner chez ses parents.

Elle doit maintenant doser ses efforts. L'appareil est plutôt lourd et les batteries qui l'alimentent doivent être surveillées de près.

Jasmine Gitego montre l'appareil externe qu'elle porte dans un sac mis en bandoulièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cœur mécanique doit être alimenté par un appareil externe que Jasmine Gitego doit porter avec elle en tout temps.

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

Seuls 10 % des patients avec un coeur mécanique récupèrent suffisamment pour pouvoir se le faire retirer.

Jasmine Gitego peut espérer une rémission. « Avec les derniers résultats, nous sommes très optimistes sur la possibilité d'enlever son coeur mécanique », indique Mario Sénéchal.

Le cardiologue croit même qu’elle pourrait récupérer complètement ses fonctions cardiaques, sans séquelles.

Le cardiologue Mario Sénéchal montrant le fonctionnement du cœur mécanique sur un modèle de cœur humain. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cœur mécanique ne remplace pas le cœur, il sert plutôt de soutien en pompant le sang d'un ventricule à l'autre.

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

Pour la femme de 27 ans, pas question de reprendre à l'identique sa vie d’avant. Jasmine Gitego est consciente de la chance qu’elle a eue d’avoir pu se faire prendre en charge à temps.

Sa grande mésaventure l’a convaincue de ne plus jamais boire de boissons énergisantes.

« La douleur en me réveillant de l’opération était épouvantable, c’était encore plus une punition. C’est la raison pour laquelle même du café, je n’en bois plus », s’exclame la jeune femme.

Elle songe à retourner aux études, en thanatologie peut-être.

Écoutez l’entrevue du Dr Mario Sénéchal, cardiologue à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, sur le lien entre boissons énergisantes et risques cardiaques à l’émission Le 15-18 diffusée sur les ondes d’ICI Première.

Que faire des boissons énergisantes?

Il y aurait plus de 200 sortes de boissons énergisantes sur le marché. Selon Dr Sénéchal, ces produits à l’allure presque inoffensive peuvent être dangereux tant dans leur consommation ponctuelle que dans leur consommation chronique.

Ces boissons sont particulièrement populaires chez les jeunes. « Environ 25 % des jeunes de 12 à 20 ans en consomment régulièrement, alors c’est vraiment fréquent », souligne le médecin.

Jasmine Gitego ne faisait pas exception. « Quand j’avais 16 ans, j’en buvais déjà parce que je n’aimais pas le goût du café », témoigne-t-elle.

Ce qui est clair pour moi, c’est que les jeunes ne devraient pas consommer de boisson énergisante et les adultes devraient le faire de façon modérée.

Le Dr Mario Sénéchal

La situation pourrait changer au Québec. En novembre, le bureau du coroner du Québec a émis la recommandation d'encadrer la vente de ces boissons.

Quelques gouvernements ont déjà décidé de prendre les choses en main. En ce moment, dans l’État de l'Indiana, un projet de loi sénatoriale propose d’interdire la vente de boissons énergisantes aux moins de 18 ans.

Pour leur part, Jasmine Gitego et son cardiologue sont aussi catégoriques. Les boissons énergétiques devraient tout simplement être interdites pour les moins de 18 ans. « Les gens ne sont pas conscients des dangers », affirme Jasmine Gitego.

Avec les informations de Nicole Germain

Québec

Consommation