•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le psychologue Étienne Lavoie reste derrière les barreaux pour l'instant

Étienne Lavoie fait face à 14 chefs d'accusation de nature sexuelle. Il est ici photographié dans un égoportrait.
Étienne Lavoie fait face à 14 chefs d'accusation de nature sexuelle. Photo: Facebook
Radio-Canada

Le psychologue Étienne Lavoie saura la semaine prochaine s'il pourra retrouver sa liberté. Le Sherbrookois est accusé entre autres de proxénétisme et d'agressions sexuelles. Son enquête sur remise en liberté, qui devait avoir lieu vendredi, a été remise au 26 février.

La défense va suggérer que l'accusé séjourne dans une maison de thérapie en attendant la suite des procédures. La Couronne compte toutefois s'y opposer, même si la maison se trouve à l'extérieur de la région de Sherbrooke.

C'est une demande qui sera contestée par la poursuite à ce stade-ci des procédures, notamment en tenant compte de la vulnérabilité de la clientèle des centres de thérapie. On considère que ce ne serait pas souhaitable pour la population d'un centre de thérapie de côtoyer l'accusé avec les circonstances de l'infraction qu'on lui reproche, soutient la procureure aux poursuites criminelles et pénales Marie-Ève Phaneuf.

Le psychologue, arrêté mercredi matin à Sherbrooke, a comparu jeudi. Il fait face à 14 chefs d'accusation de nature sexuelle dans un contexte de prostitution.

Étienne Lavoie fait partie de l'Ordre des psychologues du Québec depuis 2016. Il aurait fait trois victimes et les faits reprochés ne se seraient pas nécessairement produits dans le contexte de son travail.

D'autres victimes potentielles

Depuis la médiatisation de l'affaire, le Service de police de Sherbrooke dit avoir reçu de nombreux appels de possibles victimes ou encore de témoins. Les enquêteurs responsables du dossier auront à les rencontrer au cours des prochains jours, ce qui pourrait apporter de nouveaux éléments.

L'enquête est toujours en cours. On ne peut pas dire grand-chose, mais il n'est pas exclu qu'il y ait d'autres victimes qui portent plainte, voire potentiellement d'autres accusations, explique Me Phaneuf.

D'ici la tenue de son enquête sur remise en liberté, mardi, Étienne Lavoie demeure en prison.

Estrie

Justice et faits divers