•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services en français : l'ombudsman ne ferme pas la porte à l'abolition de postes

Un homme derrière un bureau

L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé

Photo : La Presse canadienne / Colin Perkel

Radio-Canada

Lorsqu'on demande au bureau de l'ombudsman de l'Ontario s'il peut garantir qu'aucun employé du Commissariat aux services en français ne perdra son poste dans le transfert des responsabilités entre les deux organisations, une porte-parole de l'ombudsman répond que « [les] plans pour le bureau du commissaire ne sont pas finalisés ».

Pourtant, le gouvernement de Doug Ford a toujours maintenu qu'aucun emploi ne serait perdu dans la transition.

Le transfert des responsabilités entre le Commissariat et l'ombudsman doit avoir lieu d'ici le 1er mai. Dans un communiqué, l'ombudsman Paul Dubé affirme même être prêt à prendre les rênes dès le 1er avril, soit au début de l'année financière.

Peu de changements immédiats sont attendus; une unité spécialisée sera créée, ainsi qu’un poste de commissaire au niveau de l’ombudsman adjointe. Les plans seront finalisés au cours des prochaines semaines.

Linda Williamson, porte-parole de l'ombudsman

Le bureau de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, a rappelé par email en fin de journée que l’ombudsman est un agent indépendant qui relève de l’Assemblée législative et dont le budget dépend directement de la Commission de régie interne de l'Assemblée législative. Nous avons pleinement confiance en la capacité de l'ombudsman de s'acquitter de ses nouvelles responsabilités.

De son côté, l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario a demandé à rencontrer l'ombudsman, en affirmant surveiller de près ces questions liées au personnel.

L'ombudsman doit demander plus d'argent au gouvernement cette année compte tenu de ses responsabilités accrues. Toutefois, son bureau n'a pas chiffré ces demandes.

M. Dubé est toujours en train de préparer le budget qu’il présentera à la Commission de régie interne à quelque point au cours des prochaines semaines, note Mme Williamson.

Le commissaire aux services en français, François Boileau, n'a pas voulu commenter.

Des coupes dans la protection de l'enfance

Jeudi, le bureau de l'ombudsman a annoncé qu'il fermerait le bureau à Thunder Bay de l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes.

Le gouvernement Ford a aussi aboli le poste d'intervenant pour transférer certaines responsabilités au bureau de l'ombudsman.

Le nombre de postes abolis à Thunder Bay doit être dévoilé au cours des prochaines semaines. Le bureau employait 80 personnes en 2017, selon les dernières données disponibles.

La loi transfère les pouvoirs d’enquête à l’ombudsman en ce qui concerne les sociétés d’aide à l’enfance et les questions de protection de l’enfance, mais pas la fonction de plaidoyer qu’avait le bureau de [l'intervenant] M. Elman, explique le bureau de M. Dubé. Le gouvernement a plutôt déclaré que la défense des intérêts des enfants et des jeunes serait coordonnée au sein du ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires.

L'ombudsman promet de continuer à consulter les communautés autochtones et les autres résidents du nord de la province, malgré la fermeture du bureau de Thunder Bay.

Toronto

Politique provinciale