•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La directrice générale de Saint-Simon porte plainte pour son congédiement

Le bureau municipal de Saint-Simon

Le bureau municipal de Saint-Simon

Photo : Radio-Canada

Édith Drouin

L'ancienne directrice générale et secrétaire-trésorière de Saint-Simon, Mylène Boucher, a porté plainte auprès du Tribunal administratif du travail pour avoir été congédiée par la municipalité. Ce congédiement a eu lieu pendant qu'elle était en congé de maladie.

Dans sa plainte déposée le 29 janvier dernier, Mme Boucher affirme que sa destitution est illégale, discriminatoire et abusive.

Elle demande à la Municipalité de lui permettre de réintégrer ses fonctions et de lui verser une pleine compensation des pertes subies.

Le conseil municipal de Saint-Simon a voté à la majorité en faveur du congédiement de l’ancienne directrice générale pendant l’assemblée du 14 janvier. La résolution ne stipule pas pourquoi la Municipalité a mis fin au contrat de Mme Boucher.

Dans la même séance, le conseil municipal a voté pour l'embauche d'une nouvelle directrice générale.

Le procès-verbal indique également que l’ancienne directrice générale a été invitée à s’exprimer au sujet de son congédiement à la réunion de travail du conseil municipal du 9 janvier, mais qu’elle ne s’est pas présentée.

Mme Boucher était à l’emploi de la municipalité depuis le 27 février 2017. Elle était en congé de maladie depuis plus d’un an lorsqu’elle a été congédiée le mois dernier.

Le maire de Saint-Simon, Wilfrid Lepage, a refusé de répondre à nos questions puisque le dossier est entre les mains des avocats. Mme Boucher n'a pas voulu commenter publiquement le dossier pour les mêmes raisons.

Des procédures potentiellement onéreuses

Pendant l'assemblée municipale, le conseiller Pierre Barre s’est abstenu de voter pour le congédiement de la directrice générale. Il aurait préféré négocier un accord avec celle-ci.

Pierre Barre, conseiller municipal à Saint-Simon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Barre, conseiller municipal à Saint-Simon

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

M. Barre craint qu’une bataille devant les tribunaux puisse coûter cher à la petite municipalité. Selon lui, le budget de Saint-Simon ne comporte pas beaucoup de latitude pour les imprévus.

Quand vous allez en confrontation, forcément, vous êtes représentés par un avocat et j’ai beaucoup de difficulté à imaginer que ce soit moins onéreux qu’une solution négociée.

Pierre Barre, conseiller municipal à Saint-Simon

Le conseiller explique par ailleurs que les remplaçants se sont succédé pendant le congé de maladie de Mme Boucher. Ça nous a occasionné un paquet de petits problèmes et je pense que tout le monde avait hâte de trouver une solution, explique-t-il.

Ce n'est la première fois qu'un congédiement soulève des questions à Saint-Simon. En mars 2018, le commissaire aux plaintes du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire a constaté des lacunes en lien avec le congédiement d’une secrétaire-trésorière adjointe.

Selon la Loi sur les normes du travail, un salarié peut s’absenter du travail pendant une période d’au plus 26 semaines sur une période de 12 mois pour cause de maladie.

Après cette période, le salarié n’est plus protégé, mais peut déposer une plainte auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail ou du Tribunal administratif du travail s’il considère avoir été congédié sans cause suffisante.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale