•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Félix Bergeron : Willam Pratte et Brandon Vaillancourt acquittés d'homicide involontaire

Un collage des trois hommes alors qu'ils étaient escortés par la police au palais de justice de Sherbrooke.
William Pratte, 19 ans, Robert Sargeant, 49 ans, et Brandon Vaillancourt, 18 ans. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

William Pratte et Brandon Vaillancourt ont été acquittés d'homicide involontaire, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke. Les deux hommes de 19 et 18 ans respectivement avaient été accusés relativement au meurtre de Félix Bergeron, survenu en juillet dernier à Sherbrooke.

« Le ministère public a choisi, au terme d’une entente avec les parties, de ne pas présenter la preuve dont il disposait, explique Me Claude Robitaille, procureur pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Ce qui veut dire qu’ils ont été acquittés du chef d’homicide. »

Les deux hommes ont toutefois plaidé coupables aux chefs de complot pour commettre une entrée par infraction, de vol qualifié et de trafic de stupéfiants. William Pratte a également plaidé coupable à l’accusation de possession simple de stupéfiants. Dans les deux cas, la drogue concernée était la marijuana.

L’avocat ne se prononce pas sur la peine possible dont pourraient écoper William Pratte et Brandon Vaillancourt, mais souligne que ce sont habituellement des « sentences assez sévères ». On va attendre d’avoir tous les éléments, le rapport prédécisionnel, et d’analyser toute la preuve avant de prendre une décision.

Un accusé toujours incarcéré

L’ordonnance de non-publication est maintenue sur la preuve en raison de la présence d’un troisième coaccusé, Robert Sargeant. L’homme de 49 ans n’a pas encore répondu aux accusations qui pèsent sur lui et est toujours emprisonné. On le fait un peu à contrecoeur, parce qu’on est conscient que c’est le droit du public d’être informé, soutient Me Robitaille. Mais cela implique que potentiellement, il va y avoir un procès. Pour les mêmes raisons qu’on ne divulgue pas la preuve lorsqu’on accuse quelqu’un, on ne veut pas que cette preuve-là se retrouve dans les médias pour protéger la sélection des jurés.

Félix Bergeron se trouvait à son appartement de la rue Sanborn le 18 juillet dernier lorsque les trois accusés s'y sont présentés, vers 23 h 30. Un affrontement est survenu entre les hommes et Félix Bergeron a succombé à ses blessures durant la nuit.

Estrie

Justice et faits divers