•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2019, une année importante pour le hockey féminin

La joueuse canadienne est surveillée de près par deux joueuses américaines qui lui font perdre la possession de la rondelle.
La Canadienne Laura Fortino manoeuvre entre les Américaines Lee Stecklein et Amanda Kessel lors de la troisième période de la série de la rivalité à London, en Ontario, le 12 février. Photo: La Presse canadienne / Nicole Osborne
Radio-Canada

Quand on parle du hockey féminin, on parle souvent de la grande rivalité qui oppose le Canada aux États-Unis. C'est une rivalité féroce, mais on la voit assez rarement sur la glace sauf lors des années olympiques. Il semble que cela commence à changer.

Un texte de Matthew Cullen

À la fin de janvier, les joueuses ont volé la vedette au concours du match des étoiles de la Ligue nationale de hockey (LNH). Les partisans de la LNH ont été témoins de la vitesse de l’Américaine Kendall Coyne Schofield, qui a été plus rapide qu’un attaquant masculin de la LNH.

La précision des passes de la joueuse étoile Brianna Decker, qui a complété l’épreuve du meilleur passeur à trois secondes du meilleur temps enregistré [celui de Leon Draisaitl des Oilers d’Edmonton] est devenue virale dans les réseaux sociaux et a entraîné la création du mot-clic #PayDecker (Payez Decker). Cette campagne a convaincu l’équipementier CCM de remettre un chèque de 25 000 $ à la joueuse.

Le hockey féminin a été sous les projecteurs avec la Série de la rivalité, qui s’est tenue du 12 au 17 février à London, Toronto et Détroit. La série a attiré 27 098 partisans au cours des trois matchs, dont un match à guichets fermés (9036 personnes) à London, en Ontario.

C’était tellement bruyant qu’on ne pouvait presque pas entendre parler l’entraîneur, a exprimé la capitaine canadienne Marie-Philip Poulin. C’était super excitant d’avoir du rouge et blanc dans les estrades, de voir de petites filles et de petits garçons qui viennent nous voir jouer.

Rivales sur la glace, mais dans le même bateau

Quatre joueuses célèbrent à la suite d'un but.Marie-Philip Poulin célèbre son but contre les États-Unis lors de la première période du matchde la Série de la rivalité le 14 février 2019 à Toronto Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les trois matchs de hockey ont été de haute qualité du début jusqu’à la fin. Le Canada a eu le dernier mot dimanche à Détroit pour gagner la série deux victoires à une; une petite vengeance à la suite de la défaite contre les Américaines en finale des Jeux olympiques à Pyeongchang. La formation canadienne avait pourtant gagné les quatre médailles d’or précédentes aux JO de 2002 à 2014.

Le Canada et les États-Unis, nous sommes rivales sur la glace, a expliqué la joueuse étoile américaine Coyne Schofield à La Presse canadienne. Mais nous sommes dans le même bateau. Nous voulons de remplir les stades et faire grandir le hockey féminin.

Une étoile montante

L’attaquante canadienne Ann-Sophie Bettez a fait ses débuts avec l’équipe nationale pendant la série, à l’âge de 31 ans. La dernière fois que la joueuse de Sept-Îles, au Québec, avait porté le maillot canadien rouge et blanc, elle était à l’Université McGill, lors des Jeux universitaires mondiaux de 2011.

Quand ils viennent, les gens se rendent compte que les filles savent jouer au hockey, a expliqué Bettez. C’est du très bon hockey, surtout quand on parle d’une rivalité Canada-États-Unis. C’est bien de continuer à faire grandir le sport.

L'attaquante du Canada Ann-Sophie Bettez est repoussé par la gardienne des États-Unis Katie Burt après que le Canada eut marqué lors de la première période du match de la série de rivalité à Toronto le jeudi 14 février 2019.Ann-Sophie Bettez était une joueuse clé pour la formation canadienne pendant la Série de la rivalité. Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Marie-Philip Poulin, déjà deux fois championne olympique à 27 ans, pense que les supporteurs vont réclamer plus de matchs après cette série de haut niveau.

« Ça serait le fun de faire la série chaque année. »

Effectivement, les discussions au sujet de cette proposition ont déjà commencé.

En attendant, les deux équipes se préparent déjà pour leur prochaine bataille au championnat du monde qui aura lieu en Finlande du 4 au 14 avril 2019.

Hockey féminin

Sports