•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 questions aux nouveaux comédiens de Passe-Partout

Les trois acteurs sont habillés avec les anciens vêtements colorés de Passe-Partout.

Jean-François Pronovost est Passe-Montagne, Élodie Grenier en Passe-Partout et Gabrielle Fontaine alias Passe-Carreau

Photo : Télé Québec

Radio-Canada

Poussinots, poussinettes, c'est lundi prochain que sera diffusé le tout premier épisode de la nouvelle mouture de Passe-Partout. Pour l'occasion, Radio-Canada a discuté avec les comédiens qui reprennent les rôles principaux.

Un texte de Justine de l’Église

Plus de 40 ans après la diffusion du premier épisode de Passe-Partout, Télé-Québec redonne vie à l’émission phare qui a marqué toute une génération.

Dans cette nouvelle version, les nostalgiques pourront retrouver les grands classiques, comme les comptines qui ont bercé leur enfance, Cannelle et Pruneau, ou encore la boîte à devinettes de Passe-Carreau. Mais l’émission est actualisée; les sujets et certaines manières de faire ont été retravaillés.

Le défi était grand, aussi grand que les attentes du public. Et si les comédiens en sont conscients, ils demeurent confiants en ce qui concerne la nouvelle version proposée aujourd’hui.


 
Radio-Canada : Comment as-tu réagi quand tu as su que tu avais décroché le rôle?

Élodie Grenier (Passe-Partout) : Oh mon dieu! C’était comme trop gros comme nouvelle. Je me rappelle que mon agente aussi était un peu dépassée par les événements. Il a fallu que je téléphone à ma famille et à mon chum, et c’est quand ils m’ont dit à quel point ils étaient fiers de moi, que c’était extraordinaire, que j’ai réalisé que j’étais vraiment chanceuse et choyée.

Gabrielle Fontaine (Passe-Carreau) : J'ai eu le souffle coupé. Quand j’ai eu l’appel pour l’audition, c’est sûr qu’il y a quelque chose au fond de moi qui disait "De toute façon, tu ne l’auras pas". Quand tu as finalement le rôle, c’est comme un gros vertige, mais en même temps un immense bonheur.

Jean-François Pronovost (Passe-Montagne) : Je pense que j’ai dû crier, sautiller, quelque chose du genre. J’étais bien excité. Après ça, je suis devenu full sérieux et je me suis dit "OK, je m’embarque dans une aventure." (rires).

Photo de presse de la comédienne Élodie Grenier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Élodie Grenier incarnera Passe-Partout.

Photo : Télé-Québec/Facebook


 
Es-tu angoissé à l’idée de chausser de si grands souliers?

Gabrielle Fontaine : C’est certain qu’on a toujours une notion de respect et d’admiration par rapport à ce qui a été fait. Mais d’un autre côté, je n’avais pas envie d’attaquer le projet avec la peur que ce ne soit pas à la hauteur. Ce sont les nostalgiques qui vont nous faire peur, nous dire "Ce sera jamais aussi bon." Mais la série, c’est pour les tout-petits, et eux, ils ne la connaissent pas, l’ancienne version.

Élodie Grenier : Je pense que le plus gros défi, ça a été de ne pas penser à ça. Si je m’étais mise à penser aux attentes et à la pression extérieure, je n’aurais pas eu de plaisir. Passe-Partout, c’est une amie des enfants qui va les aider à mettre des mots sur les émotions qu’ils ressentent. J’ai essayé de me reconnecter à ça, plutôt qu’au personnage mythique.

Jean-François Pronovost : Ce n’est pas ça qui m’angoisse. C’est très excitant comme défi d’acteur. Passe-Montagne, c’est un personnage qui est drôle, attachant. C’est très agréable à faire. Ce qui est plus vertigineux, c’est d’être catapulté sur la scène publique. Les gens ont des attentes. En même temps, on a terminé de tourner la première saison, et je suis très fier du peu que j’en ai vu.


 
Comment t’es-tu préparé pour le rôle?

Jean-François Pronovost : Ce personnage-là, je l’ai trouvé tout de suite. Passe-Montagne, c’est le clown blanc qui fait des gaffes et qui, en même temps, n’a pas peur du ridicule. Il colle bien, on s’entend bien, lui et moi. Et bien sûr, j’ai réécouté quelques épisodes de l’original. Je voulais coller à l’énergie de Jacques l’Heureux, mais c’est loin d’être une imitation.

Élodie Grenier : C’est sûr qu’il a fallu que je regarde un petit peu ce qui a été fait avant. Mais assez vite, il a fallu que j’arrête de regarder, parce que je ne voulais surtout pas copier ce que Marie Eykel avait fait. J’ai essayé de retrouver l’enfant en moi. Ma mère est enseignante au préscolaire. Je suis allée passer une journée avec elle à son école. J’ai rencontré les enfants. On a joué, je leur ai raconté des histoires. Ça m’a fait du bien d’entrer en contact avec eux, pour voir à qui je m’adresse.

Gabrielle Fontaine : À la base, j’ai auditionné pour le rôle de Passe-Partout. Et c’est drôle, parce qu’Élodie, qui joue Passe-Partout, a auditionné pour Passe-Carreau! J’y suis allée vraiment avec mon instinct. Je n’ai pas tant replongé dans les anciennes versions. C’était important pour moi d’arriver avec quelque chose de neuf. J’ai travaillé mon audition avec mon énergie, mon dynamisme, ma lumière. Je crois qu’ils ont vu que dans mon énergie propre, j’étais peut-être plus une Passe-Carreau.

Photo de presse de la comédienne Gabrielle Fontaine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La comédienne Gabrielle Fontaine prendra le rôle de Passe-Carreau.

Photo : Télé-Québec/Facebook


 
C’est quoi, ton plus beau souvenir d’enfance par rapport à Passe-Partout?

Gabrielle Fontaine : C’était les moments où mes parents voulaient nous montrer cette émission, à ma sœur et moi. On voulait le regarder ensemble. Ça n’arrive pas avec beaucoup d’émissions, que ça rapproche tous les membres de la famille. C’est ce qu’on espère recréer.

Élodie Grenier : Je ne suis pas vraiment dans la génération Passe-Partout. Mes cousins et cousines, qui étaient de cette génération, m’ont initiée. On était dans le sous-sol chez ma grand-mère et on écoutait Passe-Partout. C’est là qu’est née ma passion pour le théâtre. On faisait des petits spectacles dans le sous-sol. On demandait aux adultes de descendre et de regarder nos spectacles.

Jean-François Pronovost : J’ai visité le plateau quand j’étais petit. C’est un souvenir très vague, mais ma mère m’a raconté que j’ai rencontré Jacques l’Heureux qui était dans son costume. Et supposément qu’il m’a parlé, mais je ne m’en souviens pas. La seule chose dont je me souviens, c’est la grande désillusion de me rendre compte que le petit poisson rouge qu’il y avait sur le plateau de tournage, ce n’était pas un vrai! J’étais très triste de ça. (Rires)


 
C’était qui, ton personnage préféré?

Élodie Grenier : Quelle question difficile! Ma réponse va être vraiment plate. Je peux dire que j’aimais les trois humains. (Rires) Évidemment! Quand c’était les bouts avec Passe-Partout, Passe-Carreau et Passe-Montagne, là je tripais.

Gabrielle Fontaine : Passe-Montagne, c’était le personnage que j’avais hâte de voir dans la série. Tous ses sketches, tous ses jeux de mots, ça me faisait beaucoup rire. Mais Passe-Carreau, je sais aussi que je la voyais comme un modèle. Je sais que son énergie a eu une empreinte sur moi quand j’étais enfant. Mais si j’avais juste à en choisir un, je dirais Passe-Montagne.

Jean-François Pronovost : Je dirais que c’est Passe-Montagne, parce que j’aime beaucoup l’humour du personnage. Et sa maladresse me faisait beaucoup rire.

Radio-Canada : Donc tu es ton propre personnage préféré.

Jean-François Pronovost : Ce n’est pas parce que je m’aime! C’est vraiment parce que j’aimais Passe-Montagne… Mais je m’aime aussi, là! (Rires)

Photo de presse du comédien Jean-François Pronovost.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-François Pronovost sera Passe-Montagne.

Photo : Télé-Québec/Facebook


 
Comment te sens-tu quand tu penses à l’arrivée de l’émission en ondes, lundi?

Jean-François Pronovost : J’ai hâte! (rire) J’ai hâte de voir la réaction des enfants, surtout. J’ai hâte aussi de savoir si les parents vont avoir envie que leurs enfants écoutent ça. Et pour ce qui est des nostalgiques, s’ils sont contents de retrouver les personnages, tant mieux.

Élodie Grenier : C’est tellement excitant! C’est une belle fébrilité. On a eu tellement de plaisir à faire ça. Je suis rendue à l’étape où j’ai hâte de le partager, que les jeunes découvrent ce Passe-Partout qui est fait pour eux.

Gabrielle Fontaine : C’est très bientôt! Je pense que j’ai hâte. J’ai hâte que cette pression se relâche, j’ai hâte que le bébé soit lancé. J’ai surtout hâte de voir si ça fonctionne encore, si les enfants de 4 ans vont embarquer comme nous on a embarqué quand on était plus jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Séries télé

Arts