•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Illustration à partir d'une photo de Amikley Fontaine

Amikley Fontaine, leader communautaire à Toronto

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Le soccer a un magnétisme qui attire les jeunes, surtout les garçons! [...] C'est pour garder les jeunes occupés. La fin de semaine, c'est le moment où il peut y avoir plus de violences. » - Amikley Fontaine

Amikley Fontaine a quitté Haïti pour le Canada à l’âge de 24 ans.

Il y fait tout d’abord des études en philosophie et en sociologie ainsi que du bénévolat pour diverses organisations, comme la Maison d’Haïti.

En 2011, il décide de mettre sur pied une fondation pour soutenir les jeunes Canadiens noirs francophones : un organisme à but non lucratif baptisé du nom de sa défunte mère, Sylvenie Lindor.

L’objectif de la Fondation Sylvenie Lindor est de réduire les barrières sociales et linguistiques pour favoriser l’intégration des jeunes noirs dans le Grand Toronto et sur le marché du travail.

Pour ce faire, la fondation utilise non seulement des programmes de formation, des salons de l’emploi bilingues, des forums jeunesse et multiculturels, mais aussi… le soccer. En faisant partie du club de soccer Toronto United, les jeunes Canadiens d’origine haïtienne trouvent une appartenance au sein d’un groupe ayant leur développement à coeur.

« Le soccer a un magnétisme qui attire les jeunes, surtout les garçons! Alors “Football pour l’intégration, Football pour la cohésion sociale”, c’est notre slogan. [...] C’est pour garder les jeunes occupés. La fin de semaine, c’est le moment où il peut y avoir plus de violences. Mais ça permet surtout de favoriser l’échange entre les jeunes de différentes communautés. »

— Une citation de  Amikley Fontaine, leader communautaire

Amikley Fontaine est également un militant pour l’asile des réfugiés haïtiens vers le Canada, n’hésitant jamais à interpeller le gouvernement pour réclamer du support ou à solliciter les dons de la part de la diaspora haïtienne pour faciliter l’arrivée de migrants.

Pour souligner le Mois de l’histoire des Noirs, nous avons mis en lumière 25 personnalités noires franco-ontariennes de partout dans la province et dans tous les champs d’expertise. Qu’ils soient en politique, en affaires, artistes, éducateurs ou activistes, voici les influenceurs à connaître.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !