•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion de l'aéroport de Québec : un comité demande l'intervention de Marc Garneau

Le Comité de travail sur l'accessibilité aérienne de Québec
La communauté d'affaires de Québec affirme que le lien de confiance avec la direction de l'aéroport est rompu. Photo: Radio-Canada
Nahila Bendali

Dans un rapport de 25 pages, le Comité de travail sur l'accessibilité aérienne de Québec souligne qu'il faut des « changements majeurs » afin de rétablir une « relation de confiance » entre l'administration de l'Aéroport international Jean-Lesage (YQB) et la communauté d'affaires.

Le comité recommande notamment au maire de Québec, Régis Labeaume, d’interpeller le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, pour l’aviser que « le lien de confiance entre l’administration actuelle de YQB et le Comité représentatif du milieu est irrémédiablement rompu ».

Les membres recommandent également de nommer un nouveau candidat au poste de président-directeur général « possédant une connaissance approfondie de l’industrie aéroportuaire, une expérience de gestion ouverte et une capacité d’établir des relations de confiance ».

Le Comité y voit une opportunité d’un changement de garde pour travailler « de concert » avec l’aéroport, « ce qui n’est pas acquis présentement », croit le président du Comité et directeur de l’Office de tourisme de Québec, André Roy.

Bisbille

« C’est dans un esprit d’incompréhension, de déception et une certaine indignation que les membres du Comité de travail sur l’accessibilité aérienne déposent une version inachevée […] auprès du maire de la Ville de Québec », a déclaré André Roy

L’administration aéroportuaire avait envoyé des mises en demeure aux 16 membres du comité ainsi qu’à 10 autres personnes, parmi lesquelles des employés de la Ville de Québec afin d’empêcher la divulgation du rapport final du Comité.

Elle reprochait au comité d’avoir outrepassé son mandat en se prononçant sur sa gouvernance.

Ce n’est pas la gouvernance, c’est la culture de gestion, la culture d’entreprise. Travailler ensemble, ça ne semble pas facile pour l’Aéroport.

André Roy, directeur général de l'Office du tourisme de Québec

Le Comité n’a pas pu présenter de plan d’action complet pour améliorer la desserte aérienne, en raison de la bisbille avec la direction de YQB.

L’Office de tourisme est prêt à « investir des centaines de milliers de dollars et de travailler avec l’Aéroport pour développer des lignes aériennes qui vont être bonnes pour la région, pour la communauté d’affaires et l’industrie touristique », affirme tout de même André Roy.

Lévis dissidente

Le représentant de la Ville de Lévis au Comité, Philippe Meurant était absent lors de la conférence de presse.

« Mon directeur de développement m’a informé qu’il était mal à l’aise avec les conclusions du rapport, notamment en ce qui touche à la gouvernance », explique le maire de Lévis Gilles Lehouillier en marge de la réunion des membres du conseil d’administration de l’Union des municipalités du Québec (UMQ)

Il ajoute qu’il est possible de parler des problèmes de gestion dans le rapport, mais qu’il faut démontrer « que c’est vraiment sincère ».

Le maire déplore un climat « malsain » au sein du Comité causé par la bisbille des dernières semaines.

Il ajoute que le débat est en train de dévier sur qui nommera le prochain PDG de l’Aéroport et il sourcille quant au moment choisi pour dévoiler le rapport.

Le rapport arrive curieusement au moment où il y a le retrait du PDG, le retrait de certains membres du conseil d’administration. C’est bizarre que soudainement, on attaque la gouvernance alors que ce n’était pas la mission première.

Gilles Lehouillier, maire, Ville de Lévis

M. Lehouillier ajoute qu’il tient à ce que l’Aéroport garde son autonomie complète.

Réactions du fédéral

Le ministre et député fédéral de Québec Jean-Yves Duclos espère que le conseil d’administration « profite de la transition prochaine pour améliorer les liens avec la communauté. »

Le processus de sélection se doit d’être « ouvert, transparent et basé sur le mérite », ajoute-t-il.

Le bureau du ministre fédéral Marc Garneau confirme pour sa part avoir reçu le rapport, mais affirme que « comme tous les autres aéroports internationaux au pays, la gestion de l’aéroport de Québec est complètement indépendante du gouvernement fédéral. »

La direction de l’Aéroport a reçu le document mais n’a pas l’intention de réagir aujourd’hui

« Nous prendrons tout le temps nécessaire pour analyser le rapport et ferons connaître nos commentaires ultérieurement s'il y a lieu », a indiqué par courriel la porte-parole de l’Aéroport, Laurianne Lapierre.

Recommandations du Comité au maire de Québec :

1. Interpeller le ministre des Transports du gouvernement fédéral Marc Garneau afin de :

  • l’aviser du lien de confiance rompu entre l’administration actuelle de YQB et le Comité représentatif du milieu.
  • s’assurer que l’administration de YQB nomme un nouveau candidat au poste de président-directeur général qui possède une connaissance approfondie de l’industrie aéroportuaire, une expérience de gestion ouverte et une capacité d’établir des relations de confiance avec les différentes entités privées et publiques.
  • s’assurer que l’administration de YQB n’utilise pas des méthodes de muselage auprès des différents observateurs et interlocuteurs.

2. S’adresser aux membres du conseil d’administration de YQB pour :

  • faire respecter les représentants de la région, notamment les membres du Comité qui agissent aux bénéfices de la région et non uniquement aux bénéfices de YQB
  • s’assurer que les nominations imminentes, tant dans la direction qu’au conseil d’administration, possèdent les atouts nécessaires pour modifier l’actuelle culture de gestion.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et d'Olivier Lemieux

Québec

Transports