•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une menace de grève plane sur l’aéroport de Timmins

Pancarte de l'aéroport Victor M. Power de Timmins
Pancarte de l'aéroport Victor M. Power de Timmins Photo: Radio-Canada / Martine Laberge
Radio-Canada

Dans un communiqué de presse intitulé « Grève à l'aéroport de Timmins ? », le syndicat accuse la municipalité de tenter de réduire la rémunération des travailleurs. La vingtaine de travailleurs pourrait débrayer dès le 1er mars.

La Ville de Timmins et l’Union canadienne des employés des transports (UCET) n’arrivent pas à s’entendre sur les conditions d’une nouvelle convention collective.

Des techniciens d’entretien, des contremaîtres, des mécaniciens, des électriciens et du personnel de bureau sont sans contrat de travail depuis la fin décembre 2016.

Alors que la municipalité propose une augmentation salariale de 1,5 %, l’UCET soutient que la Ville voudrait éliminer les indemnités pour les bottes de travail ainsi que la prime de poste de deux dollars, lorsque les employés travaillent en dehors des heures obligatoires.

La ville nous a mis dans une position où nous allons en grève ou nous acceptons une réduction de salaire.

Martin Mika, vice-président régional pour l’Ontario, Union canadienne des employés des transports

Le négociateur municipal affirme qu’au contraire, l’employeur propose des augmentations équitables au niveau des salaires et des avantages sociaux, mais que le syndicat refuse toute concession.

Une grève perturberait le trafic aérien à l’aéroport selon le syndicat, affirmant que ses membres sont essentiels à la sécurité des activités.

La municipalité indique toutefois qu’elle a élaboré un plan de contingence.

Si le syndicat décide d’aller en grève, notre position est que nous allons continuer d’opérer l’aéroport et de maintenir le service.

Rock Foy, directeur des services corporatifs, Ville de Timmins

La municipalité pourrait aussi décréter un lock-out à compter du 1er mars.

Les deux parties pourraient faire appel à un médiateur du ministère du Travail pour tenter de régler leur différend.

Nord de l'Ontario

Industrie aéronautique