•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès d'Helder Duarte : en deuil, les filles du Rouge et Or soccer joueront dimanche

Il discute avec un adjoint sur les lignes de côté.
L’entraîneur de l'équipe du Rouge et Or Helder Duarte Photo: Radio-Canada / Alice Chiche
Radio-Canada

L'équipe féminine de soccer du Rouge et Or, en deuil de son entraîneur-chef Helder Duarte, jouera tout de même son match de saison, dimanche, à Trois-Rivières. Une décision d'équipe prise au terme d'une réunion haute en émotions.

L'entraîneur-chef du Rouge et Or est mort subitement, dans la nuit de mercredi à jeudi, lorsqu'il a été foudroyé par une crise cardiaque.

Marie-Pier Bilodeau, ancienne joueuse du Rouge et Or, aujourd'hui entraîneuse adjointe de l'équipe, a eu la difficile tâche de convoquer les joueuses, jeudi, pour une réunion spéciale.

Pas pour leur apprendre le décès de leur mentor, puisqu'elle se doutait bien que les réseaux sociaux se chargeraient de répandre la nouvelle.

« C'était pour que les filles puissent vivre leur deuil ensemble », a confié Marie-Pier Bilodeau à l'émission Première Heure, vendredi matin.

Ça a été une rencontre haute en émotions, mais c'était important de le faire.

Marie-Pier Bilodeau, entraîneuse adjointe du Rouge et Or soccer féminin

Tout le conseil d'administration du Rouge et Or était sur place, tout comme la psychologue du programme, a-t-elle fait savoir.

Décès d'Helder Duarte : un match émotif dimanche

En pleine saison, une décision difficile attendait également l'équipe : jouer ou non dimanche à Trois-Rivières.

« C'est tôt, c'est rapide, admet l'entraîneuse adjointe. On voulait vraiment que la décision vienne d'elles. » Les filles ont choisi de jouer.

Le Grand Manitou

Marie-Pier Bilodeau entretenait pour sa part une relation privilégiée avec Helder Duarte, qu'elle a rencontré pour la première fois lorsqu'elle avait 11 ans.

« Il m'a convaincu d'aller au programme sports-études », a-t-elle raconté.

Après une pause de cinq ans, durant laquelle Bilodeau a terminé ses études, leurs destins se sont de nouveau croisés.

« En 2012, il est venu me chercher [pour être entraîneuse adjointe]. »

On l'appelle le Grand Manitou du soccer dans la région de Québec.

Marie-Pier Bilodeau

Tout comme elle, de nombreux joueurs et de nombreuses joueuses de la région ont profité de ses talents, de son flair.

« Le développement [du sport] a passé par lui », a poursuivi Marie-Pier Bilodeau, qui a vanté l'humour et l'esprit de « bon papa » de Duarte.

« Il croyait beaucoup au développement, en la jeunesse », a-t-elle ajouté, soulignant qu'il n'avait pas peur de prendre les groupes plus faibles sous son aile.

« Pour lui, c'étaient les qualités humaines [avant les performances]. »

Québec

Soccer