•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petit Canada, grande ambiance au Festival du Voyageur

Une piste de danse bondée, avec des danseurs munis de casques pour écouter la musique.
Lors de la soirée des jeunes au Festival du Voyageur, le disco silencieux était bien populaire. La durée de l'attente pour entrer dans la tente était d’une bonne vingtaine de minutes. Photo: Radio-Canada / Gavin Boutroy
Gavin Boutroy

La soirée dédiée aux jeunes francophones du Manitoba, appelée le Petit Canada, s'est déroulée jeudi au Festival du Voyageur. Entre rap, disco silencieux et Chicane électrique, les jeunes s'accordent pour témoigner d'une soirée réussie.

« L'idée derrière le Petit Canada c’est donner la scène à des artistes qui ne sont peut-être pas prêts pour la scène du festival, mais qui sont quand même des francophones, des artistes émergents qui ont une place dans la communauté », lance Joëlle Preston, agente de projet du Conseil Jeunesse provincial, qui a coordonné l’événement.

HBLB, un rappeur d’origine congolaise, est monté sur scène dans la cabane à sucre. Dès le début de sa prestation, jeunes et vieux dansaient sur les copeaux de bois de la tente.

Deux jeunes femmes souriantes.Sarah Zeng, la soeur du rappeur HBLB, avec son amie Divine Nboma, peu après avoir dansé pendant presque tout son spectacle. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« J’ai trouvé cette soirée magnifique, c’est mon premier festival, c’est aussi la première fois que j'assiste au concert de HBLB [...] c’était juste le feu. Passer du temps comme ça pendant l’hiver c’est trop top. J’adore le festival », s’est exclamée Divine Nboma après le concert.

Pour une deuxième année consécutive, les artistes anglophones de la soirée Petit Canada doivent inclure du contenu francophone.

Des jeunes gens assis autour d'un feu extérieur.Des jeunes profitent d'un feu pour se réchauffer. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« Pour nos artistes anglophones, on leur a demandé de contribuer un contenu d’au moins 20 % en français donc on leur demande soit d’adapter la musique qu’ils ont déjà créée avec des paroles françaises ou de développer du contenu [français] », indique Mme Preston.

L’un de ces artistes, Katlin Mathison, Okay Man de son nom de scène, se dit honoré d’avoir été invité à jouer lors de cette soirée particulièrement francophone.

« J’ai essayé de traduire mes chansons puisque j’ai étudié en immersion de la 4e à la 12e. Ça n’a pas très bien marché. Alors j’ai essayé des reprises, ça n’a pas vraiment marché non plus », indique l’artiste de musique folk.

« Et puis je me suis dit que la meilleure personne pour chanter en français était un artiste francophone, alors j’ai invité Pierre Freynet à se joindre à moi sur scène, il chante ses chansons en français, et moi des harmonies en français », poursuit-il.

Un homme tenant une guitare sur scène bercé par une lumière rougeâtre. Katlin Mathison, Okay Man, en spectacle. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

L’une des nouveautés, le disco silencieux, dans la nouvelle tente « Le dôme », a attiré bien des jeunes. « C’est plusieurs DJ qui jouent en même temps. À la porte, ils t’offrent un casque pour écouter la musique et tu peux changer [de DJ] avec le casque », dit Joëlle Preston.

Une collaboration avec Envol 91 FM a permis d’organiser une programmation musicale de 6 heures en français intitulée Alors on danse.

Une file d'attente projetant des ombres sur la neige. La file d'attente pour entrer dans Le Dôme pour participer au disco silencieux. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

La soirée Petit Canada c’est aussi la Chicane électrique, lorsque des groupes de musique composés de jeunes de l’école secondaire s’affrontent sur scène.

Xavier Champagne est venu soutenir des groupes musicaux où jouent ses camarades de classe, dont Less Than Well, primé l’an dernier.

Une foule d'adolescents dans une tente. Il y avait foule à la Chicane électrique. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

« L’atmosphère est vraiment bien, c’est plein de jeunes francophones. Il y a déjà comme 25 jeunes qui sont venus me voir que je connais de divers événements, j’adore! », lance-t-il, en ajoutant, « j’ai vraiment hâte d'aller chercher ma queue de castor [une pâtisserie sucrée, et non la queue du rongeur] ».

Des jeunes lancent un ballon dans la nuit, sous une légère neige. Les jeunes avaient également l'occasion de participer à des jeux. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Pour d’autres membres du public, la soirée Petit Canada était l’occasion de découvrir le Festival du Voyageur pour une première fois.

« C’est excellent, je suis super heureux d’être ici pour la première fois, je viens d’Ottawa. Mes beaux-parents se sont rencontrés à la première édition du festival il y a 50 ans, donc je me suis dit, je dois venir visiter le festival, c’est vraiment la raison pour laquelle je suis ici », indique Denis Poirier, avec un grand sourire.

Cinq personnes debout devant une sculpture de neige. À l'extrême droite de la photo, Denis Poirier, lors de sa première visite du festival. Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy
Notre dossier sur le Festival du Voyageur 2019

Manitoba

Divertissement