•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’école francophone de Parry Sound cohabitera avec le Collège Canadore

Des mères écoutent une femme qui fait une présentation.
Une trentaine de parents ont assisté à la rencontre. Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel
Marie-Hélène Ratel

Le Conseil scolaire public du Nord-Est (CSPNE) louera des locaux du Collège Canadore pour l'école élémentaire qui accueillera ses premiers élèves en septembre.

L’annonce a été faite jeudi soir, lors d’une séance d’information à laquelle une trentaine de parents et de membres de la collectivité ont assisté.

Il y aura trois salles de classe pour la trentaine d’élèves que le Conseil se prépare à accueillir.

Les trois groupes seront composés ainsi :

  • Jardin d’enfants et maternelle;
  • 1re à 3e année;
  • 4e à 6e année, avec la possibilité d'ajouter une 7e et une 8e année.

L’approche de notre personnel devra être flexible pour répondre aux besoins de tous les élèves en salle de classe.

Simon Fecteau, directeur de l’éducation, CSPNE

La cohabitation avec Canadore signifie aussi que les enfants et les étudiants du collège utiliseront les mêmes salles de toilettes, un enjeu qui a été soulevé par des parents jeudi soir.

Le directeur de l’éducation du CSPNE, Simon Fecteau, précise que les jeunes seront toujours accompagnés d’un adulte et que leur sécurité demeurera une priorité.

M. Fecteau ajoute qu’une aire de jeux sera aménagée à l’extérieur du bâtiment et qu’une clôture sera installée.

Un homme présente des documents en parlant à un groupeLe directeur de l'éducation du Conseil scolaire public du Nord-Est, Simon Fecteau Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

À la suite de la rencontre, bon nombre de parents se demandaient toujours s’ils allaient inscrire leurs enfants dans le système français ou anglais.

La mère de famille Julie Alain croit que les parents anglophones risquent de se tourner davantage vers l’immersion après avoir pris connaissance de la différence entre les ayants droit et les non-ayants droit.

Les parents qui ne satisfont pas à l’un des critères de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés doivent présenter une demande d’admission qui sera étudiée par un comité.

Avec le processus consultatif que les enfants doivent suivre, plusieurs familles vont peut-être décider que l’immersion est plus facile.

Julie Alain, mère de famille

Elle-même ne sait pas encore dans quelle école elle inscrira son garçon de 4 ans. Elle est francophone, mais dit qu’elle prendra la décision avec son mari anglophone.

Krista O'Donnell croit pour sa part qu'une éducation entièrement en français ouvrirait plus de portes à son fils de 3 ans, dont le français n'est pas la langue maternelle.

Ma préférence est le programme en français. Étudier en français. Apprendre en français. Ça enrichirait l’expérience de mes enfants.

Krista O’Donnell, mère de famille

La période d’inscription commence officiellement le 22 février.

Des parents regardent une présentation.Plusieurs parents qui ont assisté à la rencontre ne parlent pas français, mais souhaitent que leurs enfants apprennent la langue. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Le Near North District School Board a récemment annoncé qu’il offrira un nouveau programme d'immersion française dans la région de Parry Sound dès septembre 2019.

Il tiendra une séance d’information le lundi 25 février, à 18 h, à l’école élémentaire publique Parry Sound.

Le conseil scolaire anglophone affirme qu’une cinquantaine de familles ont déjà manifesté leur intérêt pour le nouveau programme.

Éducation

Société