•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise aux normes des eaux usées : Val-Brillant aurait trouvé le bon terrain

La municipalité de Val-Brillant.
La municipalité de Val-Brillant. Photo: Radio-Canada
Joane Bérubé

Val-Brillant a bon espoir d'avoir enfin trouvé le bon terrain pour la mise aux normes de son traitement de ses eaux usées. Une nouvelle proposition sera soumise à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Le système de traitement des eaux usées de Val-Brillant a été jugé non conforme en 1987, il y a maintenant 32 ans. Plusieurs projets domiciliaires sont restés en suspens au fil des ans dans la municipalité en raison de cette situation.

La Municipalité a finalement obtenu le financement en 2012, mais n’a jamais pu concrétiser son projet faute de terrains adéquats.

Une première proposition avait été acceptée par la Commission de protection du territoire agricole en 2015. Toutefois, le dossier a été refusé par le ministère de l’Environnement puisque le site convoité était en milieux humides.

Une seconde demande, légèrement modifiée, a été rejetée partiellement par la Commission de protection du territoire agricole en mai 2018. La Commission a estimé que les terrains ciblés pour l’installation des étangs aérés devraient être situés ailleurs afin de ne pas nuire aux activités agricoles déjà en place ou potentielles.

Le maire Val-Brillant, Jacques Pelletier, explique que la Municipalité se présentera à nouveau devant la Commission et a confiance qu'une solution pourra être trouvée. On s’est conformé exactement à ce que la CPTAQ nous a demandé la dernière fois , indique M. Pelletier.

La subvention accordée pour le chantier en 2012 s’élevait à 4,5 millions de dollars.

Le maire indique que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation lui a assuré que le financement des travaux serait ajusté.

La subvention à laquelle est admissible la Municipalité devrait donc couvrir 85 % des coûts. Les quelque 900 habitants de la municipalité se partageront le reste de la facture qui devrait être un peu supérieure à un million de dollars, selon le maire.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Infrastructures