•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mannequin interactif pour les futurs infirmiers

Enseignants en soins infirmiers derrière une console qui supervisent des étudiants en train de pratiquer des interventions sur un mannequin.
Les étudiants en soins infirmiers du Cégep de Jonquière peuvent mettre leurs connaissances en pratique grâce à un mannequin interactif. Photo: Radio-Canada / Flavie Villeneuve
Radio-Canada

Le Cégep de Jonquière se dote d'un mannequin interactif pour la formation d'étudiants en soins infirmiers.

Cette technologie permet aux futurs professionnels de la santé de se préparer à intervenir lors de leurs stages, sans craindre de se tromper.

Le patient est contrôlé par l'infirmière de laboratoire, tandis que l'enseignante observe les interventions des étudiants. Elle devient le médecin, le temps de l'exercice. Les signes vitaux du patient évoluent tout au long de la simulation.

Enseignante dans une régie qui communique avec les étudiants de l'autre côté de la vitre. L'enseignant se trouve dans la salle de contrôle et les étudiants sont de l'autre côté de la vitre avec le mannequin. Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

L'avantage, c'est ce que ça leur permet de vivre des situations qu’on ne peut pas toujours vivre en milieu réel, explique Annie Houde, enseignante en soins infirmiers.

La gravité des situations augmente au fur et à mesure que la formation avance. De l'arrêt cardiaque à l'hémorragie, le patient peut avoir différents symptômes et douleurs.

Grâce à la simulation, il y a une interaction. C’est là où apparaît le jugement et pas uniquement la procédure.

Annie Houle, enseignante en soins infirmiers

Post mortem

Après chaque simulation, les futurs infirmiers se retrouvent dans une salle pour faire le point et discuter du scénario sur lequel ils ont travaillé.

On se sent comme si on était à l'hôpital.

Anaëlle Morin, finissante en soins infirmiers

Les autres mannequins n'interagissaient pas, mais là on dirait que ç’a pris deux minutes et puis je le voyais vraiment comme un vrai patient, ajoute Sandrine Charest, elle aussi finissante.

Les trois nouvelles salles et le mannequin haute-fidélité ont nécessité un investissement de 250 000 $.

D'après le reportage de Flavie Villeneuve

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation