•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Votre pantalon ne vous grossit pas », dit un syndicaliste à une ministre

Un homme regarde vers les fesses d'une femme qui est derrière un podium.
Le syndicaliste Robert Blakely et la ministre Patty Hadju ont eu un échange au sujet de son pantalon lors d'une conférence de presse en vue d'appuyer les femmes dans les métiers du bâtiment. Photo: Radio-Canada / Warren Kay/CBC
Radio-Canada

Un cadre supérieur d'un syndicat canadien a fait une blague au sujet du pantalon de la ministre fédérale Patty Hajdu, jeudi matin, alors qu'elle était à Winnipeg pour annoncer un appui du gouvernement aux femmes qui travaillent dans les métiers du bâtiment.

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail était dans le centre de formation d’un syndicat pour annoncer un investissement de 3,1 million de dollars pour la formation de 750 femmes apprenties au Manitoba, en Saskatchewan et en Nouvelle-Écosse.

Au cours de la conférence de presse, le maître de cérémonie, Robert Blakely, directeur des affaires canadiennes aux Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC), a dit à la blague devant un auditoire composé de membres du syndicat et de stagiaires que le pantalon de la ministre ne la grossissait pas.

Dans son mot de présentation, Robert Blakely a raconté que, petit garçon, son père lui disait : « Tes vrais amis sont ceux qui te disent la vérité, ceux qui connaissent la réponse à la question : est-ce que mon pantalon me grossit? » Qualifiant Patty Hajdu de vraie amie, il a répété son anecdote sur le pantalon et poursuivi sa présentation en disant : « Elle vient de Thunder Bay, une communauté de gens francs et directs qui vont vous le dire si oui, votre pantalon a pour effet de vous grossir. »

En se dirigeant vers le microphone pour prendre la parole, et après avoir donné une accolade à Robert Blakeney, elle a lancé : « Alors, mon pantalon me grossit ou non? »

Reculant vers le podium, Robert Blakely a jeté un oeil vers le postérieur de la ministre avant de répondre : « Je vais m’attirer des ennuis pour ça, mais non. »

Patty Hajdu a alors noté qu’elle avait posé la question et consenti à cet échange.

Robert Blakely est néanmoins retourné au micro pour s’excuser. « Patti et moi, nous nous connaissons et nous apprécions. Nous avons le même sens de l’humour un peu particulier », a-t-il dit, tout en mentionnant leur relation de confiance. « On fait parfois des choses que d’autres vont voir en se demandant : mais que se passe-t-il ici? », a-t-il expliqué.

« Mon geste pourrait être offensant pour une autre personne et si j’ai offensé quelqu’un, je m’en excuse », a-t-il ajouté.

Après ces excuses, Robert Blakely a mis fin à la conférence de presse en déclarant qu’il allait pouvoir faire des accolades aux trois belles femmes présentes à la rencontre, la ministre Patty Hajdu et deux autres intervenantes.

Changer la culture de travail

Patty Hajdu n’est pas revenue sur l’incident, attirant plutôt l’attention sur le financement disponible pour les femmes désireuses de travailler dans le bâtiment.

« Changer la culture de travail est une démarche continue, a déclaré la ministre. Je vais continuer de prendre des mesures du genre de celle que nous annonçons aujourd’hui, pour aider les femmes dans ces métiers à prendre leur place à travers le pays. »

« Le succès des femmes sur le marché du travail dépend de notre capacité de travailler tous ensemble et à nous appuyer les uns les autres pour changer les normes établies », a-t-elle ajouté.

« Nous ne tolérons pas et n’avons jamais toléré aucune forme de harcèlement, a ensuite indiqué Robert Blakely. Et si quelqu’un a pu penser autrement, nous devons créer un environnement de travail où les gens peuvent parler en toute sécurité. Et c’est ce que nous avons fait aujourd’hui. »

« C’est un moment d’apprentissage pour tout le monde, a-t-il ajouté. Nous devons nous concentrer sur l’importance de cet investissement pour les femmes dans les métiers du bâtiment et continuer de travailler plus fort pour faire mieux. »

Manitoba

Égalité des sexes