•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Caisse de dépôt : 10 ans plus tard, Michael Sabia continue d’étonner

Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, en entrevue à RDI Économie le 21 février 2018

Photo : Radio-Canada

Gérald Fillion

Il y a 10 ans, rappelez-vous, le choix de Michael Sabia comme PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) avait suscité de vives critiques. Certains ont parlé de bêtise, d'erreur historique, de mascarade et j'en passe. On le critiquait pour son travail chez Bell, pour l'orientation qu'il allait donner à la Caisse, certains l'ont accusé d'être trop canadien. Aujourd'hui, rares sont ceux qui peuvent critiquer son travail.

Encore cette année, les résultats financiers de la Caisse de dépôt dépassent les attentes. Et, à chaque fois que Michael Sabia s’est présenté à la table des résultats, au cours des 10 dernières années, pour faire le point sur les finances du bas de laine des Québécois, il a expliqué patiemment sa démarche.

Il a fait le ménage dans les politiques de la Caisse qui ont mené au dérapage de 2008. Il a réduit les prises de risques, réorienté les priorités de la Caisse, embauché d’exceptionnels talents, notamment le Français Roland Lescure, en plus de diversifier le portefeuille.

En entrevue à RDI économie, jeudi soir, Michael Sabia a confirmé qu'il quittera la direction de la Caisse à la fin de son mandat, prolongé jusqu'au 31 mars 2021.

Se protéger de la chute boursière

Ce qui est impressionnant dans les résultats de 2018, ce n’est pas tant le rendement de 4,2 %, qui est quand même modeste et parmi les moins bons résultats de la dernière décennie; ce qui est étonnant surtout, c’est de voir combien la Caisse a su se protéger de la chute boursière de la fin de l’année.

Alors que l’indice principal de la Bourse de Toronto, le TSX, a perdu plus de 12 % l’an dernier, le rendement de la Caisse dans son portefeuille d’actions canadiennes a été de - 7,2 %, un rendement négatif certes, mais beaucoup moins que l’indice torontois. Et grâce à son portefeuille boursier nommé « qualité mondiale », qui a réalisé un rendement de 6,4 %, la Caisse a limité ses pertes en bourse à - 0,9 %.

L’indice de référence des marchés boursiers affiche un rendement négatif de - 2,5 %, alors que le portefeuille « qualité mondiale » de référence est à - 0,8 %. La Caisse se démarque très clairement dans sa capacité à choisir des titres solides, durables, performants à long terme.

Ce résultat illustre, en réalité, le travail des 10 dernières années de Michael Sabia et son équipe. Le rendement global annualisé de la Caisse sur 10 ans est de 9,2 % contre 8,5 % pour l’indice de référence. Ce rendement dépasse les attentes et les besoins des déposants.

C’est dans les placements privés que l’institution se démarque avec un rendement de 16,6 % en 2018, le double de l’indice de référence à 8,7 %. Les placements privés font partie du portefeuille des actions de la Caisse parce qu’il y a des actions en bourse, mais il a aussi des actions ou des participations dans des entreprises privées. Ce segment d’investissement, qui relève entièrement de la stratégie et des choix des gestionnaires de l’institution, rapporte gros à la Caisse de dépôt.

L’incertitude grandit

La CDPQ reconnaît, dans ses résultats, que sa stratégie d'investissement a été mise à l'épreuve en raison de la chute boursière. Le PDG Michael Sabia a dressé une longue liste d’incertitudes – les gilets jaunes, le Brexit, le nouveau gouvernement au Brésil, celui du Mexique, les élections en Inde, le conflit entre les États-Unis et la Chine, le niveau élevé de partisanerie aux États-Unis – qui obligent l’institution à être prudente et sélective.

Depuis 10 ans, Michael Sabia parle de résilience dans les choix de la Caisse. La résilience, c’est de bâtir une stratégie qui peut survivre aux tempêtes, affronter les difficultés et se maintenir en équilibre. Après les déboires de 2008, la stratégie, la communication, la vision du PDG de la Caisse s’orchestrent autour de ce mot.

Les résultats de 2018 démontrent que l’approche de Michael Sabia fonctionne. Mais ce travail doit être constant, il n’est pas permis de fléchir. Un ralentissement économique mondial est en cours, une récession est possible et quelques lumières jaunes scintillent dans l’écran radar.

« Le monde est en train de ralentir, ça, c’est évident, a dit Michael Sabia en point de presse jeudi matin. Mais un ralentissement du monde n’est pas la même chose qu’une récession. Donc, la question difficile, la question-clé : quel sera l’impact de toutes ces incertitudes géopolitiques? [...] Quel sera l’impact de toutes ces incertitudes sur le niveau de confiance des investisseurs, des sociétés, également le niveau de confiance des consommateurs? »

Les affaires SNC-Lavalin et Otéra Capital

Maintenant, le PDG de la Caisse de dépôt défend fermement SNC-Lavalin. Il dit soutenir l’entreprise, être fier de ses investissements dans le groupe, il croit au rendement positif à long terme de SNC-Lavalin pour les déposants québécois. « Nous sommes convaincus, absolument convaincus, du potentiel de cette société, a dit Michael Sabia. Et donc, nous allons continuer d'appuyer la société. »

La Caisse détient 20 % dans cette entreprise, dont l’action est tombée à son plus bas en 10 ans. Et il est clair que la Caisse s’est donné une forme de minorité de blocage si SNC-Lavalin devait faire l’objet d’une offre d’achat non sollicitée. Généralement, lorsqu’il y a une pareille offre, l’acheteur va tenter d’avoir plus de 90 % des actions. Si la Caisse refusait de céder ses actions, l’acheteur devrait se contenter de moins de 80 % de SNC-Lavalin. Cette possibilité pourrait repousser certains acquéreurs potentiels.

Cela dit, dans la mesure où SNC-Lavalin ne peut pas négocier un accord de réparation avec le gouvernement fédéral, il y a lieu de croire que l’entreprise pourrait faire face à un procès criminel en lien avec ses activités passées en Libye. Si l’entreprise est reconnue coupable, elle n’aurait plus accès aux contrats gouvernementaux au Canada pendant 10 ans et il y a fort à parier que la réputation internationale de l’entreprise serait à risque.

Jusqu’où la Caisse de dépôt peut-elle accompagner SNC-Lavalin dans ses démêlés avec la justice? S’il est totalement justifié de vouloir protéger 3300 emplois au Québec, plus de 9000 au Canada et 54 000 dans le monde, la Caisse doit-elle pour autant prendre un risque inconsidéré avec cet investissement?

Michel Sabia en entrevue avec Gérald Fillion à « RDI économie »

Par ailleurs, la Caisse fait face à des défis de gouvernance. Une enquête du Journal de Montréal sur des dirigeants et employés d’Otéra Capital, la filiale de financement hypothécaire à la Caisse, a mené à la suspension du président de l’organisme et de l’une des vice-présidentes, en plus d’un économiste.

« Chose excessivement importante : à la Caisse de dépôt, l’intégrité n’est pas négociable, a tenu à dire Michael Sabia. L’intégrité de notre institution, y compris toutes nos filiales, c’est primordial. Donc, nous avons demandé une enquête indépendante sans restriction pour mieux comprendre et chercher des occasions de faire mieux. »

Récemment, à RDI économie, l’ancien vice-président à la Caisse, Michel Nadeau, aujourd’hui à la tête de l’Institut sur la gouvernance, disait que Michael Sabia « a un score parfait en termes d’intégrité ». Il se fiait sans doute au conseil d’administration et au comité d’éthique d’Otéra pour s’assurer que tout se passait correctement. « M. Sabia dormait sur ses deux oreilles, disait Michel Nadeau, en se disant que le travail va être fait, qu’ils ont les mêmes normes qu’à la Caisse. »

Finance et assurances

Économie