•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un immeuble commercial profitera d’un loyer à 1 $ par an pour un espace dans le parc Wascana

Vue de la maquette de l’immeuble vitré de Brandt.
L’entreprise Brandt va construire un immeuble d'une superficie de plus de 7153 mètres carrés à l’emplacement de l’ancien édifice du CNIB, dans le parc Wascana. Photo: Colliers International
Radio-Canada

L'équipe d'enquête de CBC Saskatchewan a appris que le gouvernement perçoit 1 $ par année pour le terrain du parc Wascana à Regina qui accueillera bientôt un immeuble commercial de l'entreprise Brandt. Ce projet, qui tire profit d'une ancienne entente entre la province et l'Institut national canadien pour les aveugles (CNIB), fait l'objet de nombreuses critiques.

Un conseiller municipal de Regina, Bob Hawkins, est indigné de voir que la province accepte de percevoir un loyer si minime pour un terrain aussi important. Ce terrain de plus de 10 198 mètres carrés sera mis en valeur par l’une des entreprises les plus riches de la Saskatchewan, dit-il.

« Comment un aussi important parc public, comme le Wascana, peut-il ainsi être mis au service de l’intérêt privé d’une entreprise? », s’interroge-t-il.

Œuvre caritative ou transaction commerciale?

L’entreprise Brandt prévoit construire sur ce terrain un immeuble de 7153,53 mètres carrés à l’emplacement de l’ancien édifice de l'Institut.

Selon la réglementation du parc, le développement d’activités commerciales y est proscrit. Le projet de l'entreprise Brant a toutefois été autorisé, en partie parce qu’il était présenté comme une activité philanthropique.

Construit en 1955, l’immeuble du CNIB, qui avait besoin d’être rénové, disposait d’un bail de longue durée sur une partie du terrain du parc, celle-ci située sur la rue Broad, près de l'intersection de la rue Broadway.

Gros plan sur Bob Hawkins.Bob Hawkins est un conseiller municipal de Regina pour le district 2. Photo : Radio-Canada / CBC/Radio-Canada

En 2014, Brandt a proposé de faire un don de 371,61 mètres carrés de locaux pour bureaux à CNIB, si elle obtient l’autorisation de construire un plus gros immeuble sur le site.

L’Institut national canadien pour les aveugles a accepté, trouvant qu'il s'agissait d'une bonne occasion. Dans un courriel, l’organisme explique que « les fonds destinés au loyer, à l’entretien et autres dépenses pourront alors être réalloués pour offrir plus de services ».

En ce qui concerne les 6503,21 mètres carrés restants, Brandt pourra les louer au prix courant.

Bob Hawkins ne voit alors rien de caritatif dans une telle transaction.

« Personne ne se plaint de ce que le CNIB ait un édifice dans le parc », dit-il. « Les gens protestent contre le fait d’utiliser le CNIB comme couverture pour offrir cette importante liquidation à Brandt. »

« Ce n’est pas une œuvre caritative. C’est une transaction commerciale pour Brandt », soutient Bob Hawkins.

« Quand on fait une œuvre caritative, on ne s’attend pas à avoir des rendements plusieurs fois supérieurs au montant dépensé », ajoute-t-il.

CBC a invité l’entreprise Brandt à faire des commentaires sur le dossier, mais elle n’a pas répondu.

Le gouvernement confirme finalement le prix du loyer

Durant plusieurs semaines, le gouvernement saskatchewanais a refusé de révéler le prix du loyer à l'équipe de CBC. Il a prétendu que l’information financière relative au bail était confidentielle et que la révéler pourrait nuire à des négociations en cours.

La situation a changé lorsque CBC a montré que le prix du loyer lors du premier bail signé entre le gouvernement de l'époque et CNIB était mentionné dans un article du journal Leader-Post de Regina.

Un grand tournant s’opère avec l’ouverture du Centre CNIB. On voit une illustration en noir et blanc de participants à la cérémonie d’ouverture. Un article du « Leader-Post », du 15 septembre 1955, sur la cérémonie d’ouverture de l’édifice du CNIB, révèle que le loyer du premier bail était de 1 $ par année. Photo : Le Leader Post

L’article paru en septembre 1955 concernait la cérémonie d’ouverture de l’édifice de l'Institut et comprenait une citation du juge en chef W. M. Martin, président du Conseil consultatif pour le district Sud de la Saskatchewan à ce moment.

Il félicite le gouvernement d'avoir signé « un bail de 99 ans pour ce joli emplacement à un loyer presque nul de 1 $ l’an ».

Après avoir pris connaissance de cet article, le gouvernement a confirmé à CBC qu’en juillet 2016, il a signé un nouveau bail de 99 ans avec CNIB, toujours à un loyer de 1 $ par année.

Dans ce nouveau bail, le gouvernement a autorisé CNIB, et par conséquent Brandt, à louer des locaux à d'autres organisations.

Pour justifier le renouvellement du bail au même prix, un représentant du gouvernement indique que pendant des décennies cette installation dans le parc a été un lieu sûr pour les personnes présentant une déficience visuelle.

Avec cela en tête, dit-il, le gouvernement « a décidé d’honorer ce contrat de plusieurs décennies avec l’Institut national canadien pour les aveugles en renouvelant ce bail au prix initial ».

« Une transaction en or »

La députée du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Nicole Sarauer, dit que ces révélations l’inquiètent.

« C’est vraiment une transaction en or pour Brandt », lance-t-elle.

Elle appelle le gouvernement à suspendre le projet de Brandt.

Pour sa part, Bob Hawkins demande une enquête publique.

Le comité consultatif sur l’architecture de la Commission des plaintes publiques étudie les plans détaillés du projet actuellement. Si ce comité donne son approbation, le projet pourra être mis à exécution.

Avec les informations de Geoff Leo, CBC

Saskatchewan

Politique provinciale