•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage de CKAJ : Josée Néron demande le nom des bailleurs de fonds

L'immeuble de CKAJ

Les locaux de CKAJ sont situés dans l'arrondissement de Jonquière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, somme la station de radio jonquiéroise CKAJ de dévoiler le nom des personnes qui ont payé pour le sondage Segma Recherche portant sur la satisfaction de la population à l'égard de son administration.

Ce sondage, défavorable à la mairesse, a provoqué une polémique entre la Ville et la station de la radio.

CKAJ se dit boycottée en raison des résultats du sondage.

Josée Néron déplore pour sa part que CKAJ ne lui ait pas demandé de commenter le sondage de Segma Recherche.

On ne m’a jamais appelée pour me demander une entrevue pour pouvoir commenter un sondage qui portait sur mon administration alors qui boycotte qui? On peut se le demander, soulève-t-elle.

Josée Néron croit par ailleurs que la station s'oppose systématiquement aux décisions du conseil. La mairesse Néron se demande comment la petite station communautaire a pu financer un tel sondage à même ses revenus.

La mairesse Josée Néron en entrevue sur le plateau de Radio-Canada. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Josée Néron croit que la subvention accordée à CKAJ par Promotion Saguenay était démesurée.

Photo : Radio-Canada

Par principe de transparence, par respect pour son auditoire, CKAJ se doit de publier la liste des personnes qui ont fourni de l’argent pour le sondage.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

L’ex-conseiller municipal Luc Boivin a confirmé à Radio-Canada qu’il a contribué à hauteur de 100 $ au sondage.

Est-ce qu’on est en train d’utiliser une station communautaire à des fins particulières? Est-ce qu’on se sert de CKAJ et, si oui, à quel propos?, s’interroge la mairesse.

Le président du conseil d’administration de CKAJ, Robert Banford, n'a pas voulu répondre à l'invitation de la mairesse en dévoilant les noms des bailleurs de fonds. Les administrateurs de la station se réuniront vendredi.

Une subvention démesurée

Josée Néron insiste sur le fait que le budget de CKAJ n’a pas été coupé. Elle estime plutôt que le montant donné en 2017 par Promotion Saguenay était démesuré.

On donnait plus de 107 000 $ à CKAJ alors qu’il y a des stations de radio qui ont des cotes d’écoute beaucoup plus substantielles, comme KYK par exemple, qui a un montant de 42 000 $ pour la même période. C’était un illogisme total, note la mairesse.

En 2018, les budgets de publicité ont été ramenés sous le giron de la Ville pour qu’un seul département décide des placements.

Josée Néron soutient qu’une façon de faire particulière a été développée par l’ancienne administration pour aider CKAJ à boucler son budget.

Lorsque je suis entrée en poste, je suis allée m’asseoir avec le C.A. de Promotion Saguenay. Il y avait une liste de chèques, dont un chèque de 25 000 $ pour CKAJ en lien avec une campagne de publicité pour les Marquis. J’ai posé la question tout bonnement et on m’a dit que c’était une "patente" qui avait été créée. On m’a dit que c’était une campagne de publicité pour les Marquis qui n’a jamais été demandée par les Marquis pour verser une somme de 100 000 $ à CKAJ et leur permettre de boucler leur année financière, raconte-t-elle.

La mairesse croit que ce genre de procédure n’a plus sa place sous sa gouvernance.

On ne peut pas passer par un organisme paramunicipal pour prendre de l’argent public et permettre à quelque entreprise que ce soit de boucler sa fin d’année financière. Ce n’était pas contre CKAJ. C’était simplement un principe de bonne gouvernance, fait-elle valoir.

Placements publicitaires dans les stations de radio par Promotion Saguenay en 2017 :

  • CKAJ : 106 808 $
  • Bell Média : 102 667 $
  • KYK FM : 41 791 $
  • Groupe Attraction : 34 307 $


Source : Ville de Saguenay

Selon les informations recueillies par Michel Gaudreau et Mélanie Patry

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires municipales