•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux de la Francophonie : le comité organisateur donne sa version des faits

Ruth Marie Christelle Gbagbi, athlète de la Côte d'Ivoire en taekwondo, défile avec un drapeau des Jeux de la Francophonie.
Une athlète de la Côte d'Ivoire brandit le drapeau des Jeux de la Francophonie lors de la cérémonie d'ouverture de l'événement en 2017 à Abidjan. Photo: Reuters / Luc Gnago
Radio-Canada

« Avec l'annulation des Jeux [de Moncton-Dieppe] officialisée et le processus de dissolution maintenant entamé, nous, membres du conseil d'administration du Comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie 2021 (CNJF), tenions à clarifier certaines informations qui ont circulé au cours des derniers mois », peut-on lire dans un communiqué publié vendredi dernier.

Le CNJF rappelle d’abord ne pas avoir été impliqué dans le dépôt de candidature du Nouveau-Brunswick en 2015. Une des premières tâches du Comité, lit-on, était de compléter un plan d’affaires.

Une fois le plan d’affaires complété, notre rôle a été d’informer les divers paliers gouvernementaux qu’il était irréaliste d’organiser des Jeux d’une telle envergure et de répondre aux exigences requises avec un budget de 17 millions.

Comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie 2021

Le CNJF souligne que le plan d’affaires était un outil de travail pour négocier avec les paliers de gouvernement, et non un budget fixe.

Le document, qui présentait diverses options se chiffrant entre 118 millions et 130 millions, a été soumis officiellement aux gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Canada en mars 2018. Au cours des mois qui ont suivi, une série de présentations au sujet du plan d’affaires ont été faites aux deux gouvernements et le plan a été évalué par des experts indépendants embauchés par le fédéral.

Éric Mathieu Doucet en conférence de presse. Éric Mathieu Doucet, président du comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie. Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Dans son rapport déposé en septembre 2018 au gouvernement fédéral et au gouvernement du Nouveau-Brunswick, les experts ont confirmé que « le plan d’affaires élaboré par le CNJF est rigoureux et complet. MNP n’a pas décelé d’erreurs ou d’omissions majeures dans les estimations.

Le CNJF rappelle également quelques efforts de son côté : il a révisé à la baisse sa proposition financière en janvier 2019, avec un budget de 91 millions de dollars, et a demandé aux gouvernements provincial et fédéral de négocier, afin de maintenir un événement qui pouvait engendrer des retombées considérables pour la province et les municipalités hôtesses.

Malgré tout, le Nouveau-Brunswick a annoncé le retrait de la province à titre de gouvernement hôte des Jeux de la Francophonie 2021 le 30 janvier dernier.

Blaine Higgs donne une conférence de presseLe premier ministre Blaine Higgs souligne que son gouvernement a déjà réduit les dépenses publiques de la province de 200 millions de dollars, et qu’il ne peut investir davantage dans l’organisation des Jeux de la Francophonie. Photo : Radio-Canada

Nous tenons à réitérer que nous, membres du conseil d’administration, et les employés du CNJF ont déployé tous les efforts possibles et ont travaillé avec acharnement afin de planifier et organiser la plus grande manifestation sportive et culturelle jamais organisée dans les provinces atlantiques, peut-on enfin lire.

La déclaration complète du CNJF est disponible sur son site internet (Nouvelle fenêtre).

Nouveau-Brunswick

Événements sportifs