•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des rapports révèlent l'usage abusif de l'isolement dans les centres de détention pour jeunes au Manitoba

Un homme regarde à travers les barreaux de sa cellule.
Les deux rapports ont examiné les données relatives aux jeunes incarcérés du 1er septembre 2015 au 31 août 2016. Le Manitoba est la province où l'on compte le plus de jeunes en détention par habitant. Photo: Getty Images / Peter Macdiarmid
Radio-Canada

Deux rapports indépendants font état d'une surutilisation de l'isolement cellulaire et du gaz poivré dans les établissements correctionnels pour les jeunes au Manitoba.

Les rapports de la défenseure des enfants et de la jeunesse du Manitoba, Daphne Penrose, et de l’ombudsman du Manitoba ont été publiés jeudi. Ils s'appuient sur l'examen de deux centres correctionnels pour les jeunes dans la province, le Centre Agassiz pour jeunes contrevenants, à Portage la Prairie, et le Centre de jeunesse du Manitoba, à Winnipeg.

Le Manitoba est la province où l'on compte le plus de jeunes en détention par habitant.

Les deux rapports s'appuient sur les données relatives aux jeunes incarcérés entre 1er septembre 2015 et le 31 août 2016.

Le bureau de la défenseure des enfants dit avoir constaté que l’isolement cellulaire a été utilisé 1455 fois au cours de cette période. Plus d’un jeune sur trois s’est retrouvé en isolement à un moment ou un autre.

Les rapports ont également révélé 399 incidents où l'isolement cellulaire avait été utilisé pendant plus de 24 heures, et 99 incidents, où un jeune avait été maintenu en isolement pendant plus de 15 jours.

Une personne a même été gardée en isolement cellulaire pendant 400 jours consécutifs dans une cellule plus petite qu'une place de stationnement.

« Certains jeunes du Manitoba […] ont été privés de tout contact humain pendant des jours et des semaines », écrit Daphne Penrose dans son rapport.

Aucune documentation sur les jeunes en isolement

À l’heure actuelle, il n'y a aucune limite maximale de temps pour lequel un adolescent peut être gardé en isolement dans les centres de détention pour les jeunes au Manitoba.

Daphne Penrose déplore que les centres correctionnels ne documentent pas l’identité des personnes qui sont envoyées en isolement.

« Le ministère de la Justice du Manitoba n'est pas en mesure d'indiquer clairement qui, quand, pour quelles raisons et pendant combien de temps les jeunes ont été placés en isolement », déplore-t-elle dans son rapport.

De son côté, l'ombudsman a constaté que les deux établissements avaient recours à l'isolement pour des raisons disciplinaires, bien que l'ONU plaide pour l'interdiction totale de l'isolement pour les jeunes.

Une cellule d'isolement.Le bureau de la défenseure des enfants dit avoir constaté que l’isolement cellulaire a été utilisé 1455 fois. Plus d’un jeune sur trois s’est retrouvé à un moment ou un autre en isolement. Photo : Ministère de la Justice du Manitoba

Les rapports détaillent également l'utilisation abusive du gaz poivré.

Ils soulignent des taux élevés de traumatismes et de problèmes de santé mentale que subissent les jeunes détenus.

Les rapports soutiennent que le recours à l'isolement cellulaire peut augmenter les risques de récidive chez les jeunes. Selon Mme Penrose, les jeunes Autochtones du Manitoba courent 16 fois plus de risques d'être incarcérés que les jeunes non autochtones.

La défenseure des enfants et de la jeunesse du Manitoba propose six recommandations principales dont :

  • Limiter l’isolement à un maximum de 24 heures à la fois
  • Recueillir et analyser des données sur l’isolement
  • Utiliser du gaz poivré uniquement dans des situations où la vie est en danger
  • Offrir plus de soutien en santé mentale aux jeunes en détention
  • Créer un établissement de santé mentale pour les jeunes incarcérés

L'ombudsman formule quant à lui 32 recommandations axées sur la surveillance et la production de rapports. Il affirme que le ministère de la Justice du Manitoba a accepté les conclusions et les recommandations.

« Le ministère de la Justice du Manitoba a indiqué qu'il avait mis en œuvre les recommandations relatives au gaz poivré et qu'il comptait mettre en œuvre les recommandations relatives à l’isolement d'ici le 1er mars 2019 », affirme l’ombudsman dans son rapport.

Manitoba

Jeunesse