•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 mois de prison pour avoir mis le feu à son immeuble à logements

Un périmètre de sécurité lors d'un incendie sur la rue Joncas à Québec
Un périmètre de sécurité lors de l'incendie sur la rue Joncas à Québec Photo: Radio-Canada / Stéphane Lamontagne
Yannick Bergeron

Un homme qui a mis le feu à sa chaise berçante, forçant l'évacuation de son immeuble à logements de Beauport, s'en tire à bon compte.

Le juge Bernard Lemieux a accepté la suggestion commune des avocats de la Couronne et la Défense même si elle ne lui apparaissait pas sévère.

Le magistrat a imposé 8 mois de détention à Yvan Petit tout en lui indiquant que son geste aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves.

Le 29 octobre 2017, alors qu'il était intoxiqué par la drogue, le sexagénaire a allumé l'incendie qui a nécessité l'évacuation d'une soixantaine de locataires, pour la plupart des personnes âgées, dont certaines à mobilité réduite.

Yvan PetitYvan Petit, à sa sortie du tribunal Photo : Radio-Canada / Yannick Bergeron

Lourds dommages

Les dommages à l'édifice de la rue Joncas se sont élevés à près de 130 000 $

Le juge a accepté d'imposer la peine qui lui était suggérée en raison des efforts de Petit qui n'a pas retouché à la drogue depuis les événements.

L'incendiaire s'est pris en main et a suivi une cure de désintoxication fermée de six mois qui lui ont été crédités par le tribunal.

Il ne lui reste donc que 43 jours de prison à purger, qu'il pourra écouler à raison de deux jours par semaine.

En plus de la détention, Yvan Petit devra respecter une probation de deux ans.

Québec

Justice et faits divers